Yagyû ichizoku no inbô, Fukasaku Kinji (1978)


kinopoisk.ruYAGYÛ ICHIZOKU NO INBÔ, aka Shogun Samouraï, aka The Shogun’s Samurai
柳生一族の陰謀
Année : 1978
Genre : The Shogun must go on
Production : Toei
Réalisation : Fukasaku Kinji
Avec : Sonny Chiba, Nakamura Kinnosuke, Matsukata Hiroki, Saigô Teruhiko, Ôhara Reiko, Harada Yoshio, Shihomi Etsuko, Kudô Kentarô, Chiba Jirô, Murota Hideo, Asano Mayumi, Sanada Hiroyuki, Nakatani Ichirô, Tanba Tetsurô, Takahashi Etsushi, Natsuyagi Isao, Narita Mikio, Yamada Isuzu, Mifune Toshirô, Fukumoto Seizô, Nakahara Sanae, Kaneko Nobuo

1624 : Le Shogun Tokugawa Hidetada vient de mourir. Les causes du décès sont floues, et quelques voix s’élèvent rapidement pour faire courir la rumeur d’un empoisonnement. La thèse est d’autant plus crédible que le Shogun, n’ayant aucune confiance en son fils aîné Iemitsu (peu gâté par la nature, aussi bien physiquement que mentalement), avait l’intention de désigner son plus jeune enfant, Tadanaga, comme seul héritier.
L’entourage de Iemitsu est donc rapidement suspecté, mais faute de preuve, le conflit entre les deux frères s’étire en une guerre politicienne larvée.

shogunssamurai_1shogunssamurai_2

shogunssamurai_3shogunssamurai_4

Le film de Fukasaku a un grand mérite, puisqu’il nous dépeint le monde des samouraïs comme il existait également : à savoir un univers perfide et cruel, au sein duquel un guerrier soit disant bardé d’honneurs vendait son savoir-faire en matière de mort au plus offrant, pour quelque terre, une poignée d’argent ou une reconnaissance définitivement établie. Il en va donc ainsi dans ce magnifique drame signé Fukasaku Kinji : dans leur lutte pour le pouvoir après le décès de leur père le Shogun Tokugawa Hidetada, deux frères vont entraîner, parfois malgré eux, des centaines de gens dans leur sillage de morts et de sang. Personne n’en sortira véritablement grandi, et surtout pas les samouraïs. Car la frontière entre le bien et le mal a rarement été aussi légère qu’à cette époque-ci au Japon, lorsque des clans se disputaient le pouvoir et les terres qui vont avec, aussi bien physiquement sur les champs de bataille, que de manière beaucoup plus fourbe dans d’obscures salles à l’abri de tous les regards.

SHOGUN SAMOURAÏ retranscrit parfaitement ces deux points de vue, ces deux manières de faire la guerre, et donc la mort : l’arme à la main, la peur au ventre et son adversaire en face de soi, ou bien la messe basse et les quelques gouttes de poison versées discrètement dans le verre du futur supplicié, qui ne saura jamais qui a bien pu ainsi le frapper, le dos ainsi tourné.

Pour placer son échiquier morbide et les faiseurs de morts qui vont avec dans une certaine réalité historique, Fukasaku Kinji a choisi l’ère Edo (1603-1868) et le règne des Tokugawa. Bien entendu le tout est extrêmement romancé, le scénario s’éloignant très rapidement de l’histoire exacte du pays et de ces hommes qui l’ont si souvent fait saigner.

shogunssamurai_5shogunssamurai_6

shogunssamurai_7shogunssamurai_8

Je parlais d’échiquier morbide un peu plus haut, puisqu’il me semble qu’à la manière de ce jeu de guerre et de stratégie, Fukasaku a déployé son armée d’acteurs (je dis bien armée car il y a un nombre impressionnant de rôles, premiers ou secondaires, d’une grande importance) dès le début de son film pour, petit à petit, imbriquer ce qui paraissait flou ou peu maîtrisé en un développement final parfait. Les quarante dernières minutes sont en effet absolument splendides et passionnantes, elles rattrapent les quelques petites longueurs du début du récit, et surtout elles les justifient, puisque sans ces dizaines de détails et développements parallèles que l’on pouvait alors croire accessoires, le dénouement aurait été moins efficace.

SHOGUN SAMOURAÏ est un excellent drame historique, une cruelle démonstration des dégâts que peut causer l’avidité humaine, comme un mode d’emploi perfide pour qui serait tenté, aujourd’hui, d’accéder au pouvoir par le biais de « simples » intrigues de Palais, cela avant même d’envisager les batailles rangées et ces armures fracassées, et les hommes à l’intérieur, piégés.

Oli : drapeau2 drapeau2 drapeau2

________________________________________

Quick Review in English:

+ Great movie: drama, action, thriller, fabulous characters, so many plots!
+ Incredible casting
+ What a final climax!

– The first part of the movie is a slow-paced one, just be aware of that

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Action, Chanbara, Drame, Jidai-geki, Oldies, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s