Cure, Kurosawa Kiyoshi (1997)


cure-movie-poster-1997CURE
キュア
Année : 1997
Genre : Mesmer rises
Production : Daiei / Code Red
Réalisation : Kurosawa Kiyoshi
Avec : Yakusho Kôji, Hagiwara Masato, Ujiki Tsuyoshi, Nakagawa Anna, Dôguchi Yoriko, Hotaru Yukijirô, Denden, Ôsugi Ren, Toda Masahiro, Haruki Misayo, Nakayama Shun, Otaka Akira, Suzuki Shôgo, Kato Toshi, Tanimoto Hajime, Mikami Tsuyoshi, Kakeda Makoto, Tamura Yasujirô, Sato Yasuharu, Inoue Shinichirô, Shimada Yuri, Egawa Kae, Suwa Mitsuyo, Tanaka Tetsushi, Suwa Tarô, Togashi Makoto


Des meurtres mystérieux se succèdent, sans qu’à priori aucun lien ne puisse les connecter entre eux. Les assassins, des hommes et des femmes au passé vierge de tout méfait, se rendent à chaque fois sans créer de difficultés. Pourtant l’inspecteur Takabe souhaite creuser le cas plus en profondeur : pourquoi retrouve-t-on sur chaque cadavre la même marque, en forme de “X”, taillée au couteau à même la chair ? Sûr de son flair, l’inspecteur va bientôt se persuader que l’origine des tueries est beaucoup plus improbable qu’il n’y parait. Pourrait-il s’agir d’hypnose, ou d’un autre stratagème, si obscur qu’il ne possèderait pas encore de nom ?

cure 1997 06cure 1997 01

cure 1997 02cure 1997 03

CURE est un film important, qui donna un nouveau sens à la carrière de Kurosawa Kiyoshi, réalisateur de génie qui débuta par quelques films obscurs (malgré la présence de célébrités comme Itami Jûzô) pour ensuite se cantonner au V-Cinema – même si comparé à celui qui sévit de nos jours, le V-Cinema des années 90 était d’une tout autre qualité. C’est effectivement après CURE que Kurosawa Kiyoshi enchaina enfin les réussites à la fois critiques et artistiques, avec des titres désormais célèbres auprès des cinéphiles passionnés : KAÏRO ou encore CHARISMA… qui possède d’ailleurs de telles similarités avec CURE qu’il pourrait presque être pris pour sa préquelle – le scénario de CHARISMA fut en effet écrit avant celui de CURE.

cure 1997 04cure 1997 05

cure 1997 07cure 1997 08

Mais même si l’on fait fi de sa situation stratégique sur l’échiquier instable de l’histoire du cinéma, CURE demeure un film important en raison de ses seules qualités intrinsèques : Kurosawa y bouscule les règles du genre (le thriller) en osant quelques scènes choc pour ensuite abuser de lenteurs qui ne sont absolument pas gratuites. Le réalisateur en profite en effet pour poser son intrigue, ses personnages, se jouer d’eux et accessoirement de nous, en ne dévoilant les tenants et les aboutissants d’un drame profond (dépassant de loin la simple traque d’un serial killer) que petit à petit, presque au compte-gouttes (de sang ?). C’est alors que l’on se rend compte (ou pas) de l’importance de ce titre qui a ouvert le film en s’imprimant négligemment sur celui-ci, et que Kurosawa a subrepticement effacé de notre mémoire ; CURE. Toute l’intrigue du long métrage tourne ainsi autour de ces quatre lettres. Comment guérir, se libérer de nos maux, qu’il s’agisse d’un mariage raté ou d’un travail briseur de vie ? Sombrer dans la folie peut-être…ou bien se permettre de tuer les autres comme on percerait un abcès protubérant ? Le dernier instant mettant en scène le formidable Yakusho Kôji, dans un restaurant, devrait répondre en partie à vos soucis morbides.

Oli :         drapeau2drapeau2 drapeau2 0japondrapeau1
Yasuko : drapeau2drapeau2 drapeau2

________________________________________________

Quick Review in English:

+ A great movie, very deep, each scene is important
+ The title of the movie itself is very important to really understand what lies in CURE…
+ Kurosawa’s sense of space is fabulous

– Don’t misunderstand the meaning of CURE: we’re far away from a copy of SEVEN

cure 1997 IMAGE 4

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Thriller, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s