Maison Ikkoku Special Drama, Katsuhide Motoki, Akabane Hiroshi (2007)


MAISON IKKOKU SPECIAL DRAMA
めぞん一刻 スペシャルドラマ
Année : 2007/2008
Genre : Maison Ikko-coup de cœur
Production : TV Asahi
Réalisation : Katsuhide Motoki, Akabane Hiroshi
Avec : Ito Misaki, Nakabayashi Taiki, Kishimoto Kayoko, Kishibe Ittoku, Sawamura Ikki, Minami Akina, Takahashi Yumiko, Sugai Kin, Hosokawa Toshiyuki, Eikura Nana, Morisako Ei, Yanagisawa Shingo, Nakasone Kota


Le drama commence en…2007 ! Yusaku promène sa fille, dans un Roppongi ultra moderne, et lui raconte une histoire… à partir de là flashback vers la pension en 83, ses locataires, Kyoko, les folies de certains, la timidité des autres et le bon gros chien qui monte encore et toujours (placidement) la garde.

Diffusé en mai 2007 à la télévision japonaise, MAISON IKKOKU SPECIAL DRAMA a bénéficié d’une sortie DVD au mois de septembre de la même année, mais sans sous-titres. Dommage pour les amateurs, mais cela ne doit aucunement freiner votre entrain car ce drama, qui dure 1h46, distille purement et simplement 1h46 de bonheur ! Pas une seconde à regretter, pas un instant à perdre à regarder votre montre !

Jusqu’à ce jour, je n’avais jamais revu la série animée MAISON IKKOKU (j’hésite à préciser qu’il s’agit de JULIETTE JE T’AIME, vous allez tous vous sentir vexés si je le fais…ah merde, trop tard), donc je disais que je n’avais jamais revu d’images de cette série depuis sa première diffusion télé il y a bien longtemps. A dire vrai je n’ai pas non plus vu le film qui en a été tiré, il y a de nombreuses années (1986). Je me suis donc replongé dans cet univers un brin méfiant mais, dès les premiers instants, j’ai eu l’impression de ne l’avoir jamais quitté !

Le charme des décors fonctionne en effet immédiatement (tous les souvenirs remontent alors à la surface), les mimiques de certaines et les affabulations des autres vous feront rire plus d’une fois et, pour ne rien gâcher, le casting est réussi : Kishibe Ittoku (habitué de Kitano Takeshi, trop vieux pour le rôle mais on oublie vite ce détail) passe bien évidemment au travers des murs pour emmerder Yusaku (Hugo), et surtout la toujours excellente Kishimoto Kayoko (encore une habituée de Kitano) campe la géniale mégère Ichinose. Je ne suis peut-être pas très objectif car j’adore cette actrice, mais la voir ici se plier à un jeu surjoué, surexpressif, avec des pauses dignes des anime, c’est le pied total !
Ito Misaki (YOMIGAERI, ABOUT LOVE) incarne Kyoko (Juliette), et elle ne s’en sort pas trop mal, avec ses petites moues… elle manque quand même de chien (même si elle en a un gros). Enfin c’est Nakabayashi Taiki qui joue Yusaku (avec bonheur). Je signale que Taiki est un nouveau venu dans le métier, et qu’il y a peu il a enfin signé avec une major (Stardust). Il parait que tant que le drama n’avait pas été diffusé, il n’avait pas le droit de signer d’autres contrats… on dit aussi que la lutte fut rude entre les majors pour le faire signer. Son nouveau rôle est celui d’un employé de restaurant de ramen dans « HANOCHI »; toujours pour la télévision japonaise.

La première partie du drama se termine au bout d’un peu moins de deux heures, sur l’apparition du satané professeur de tennis (dont les dents brillent même dans cette adaptation live !). La suite fut diffusée l’année suivante (完結編 – Kanketsuhen). Beaucoup plus axée « romance » que sa première partie, cette suite rend hommage au manga et à l’anime qui s’étiraient en longueur, tant Yusaku et Kyoko tournaient longtemps autour du (cocori) pot (qui des deux osera enfin faire le premier pas ?). Ajoutez à cela une jeune rivale pour Kyoko, le fameux prof de tennis (aux dents qui brillent tant qu’elles éblouissent) pour mettre un peu la pression sur Yusaku, et on obtient une facile (mais habile) recette de quatuor amoureux faite de petites colères (Ito Misaki quand elle boude, je fonds), de coups bas (pas étonnant qu’on se fasse des enfants dans le dos, dans un drama qui s’appelle Maison Ik-cocu), mais aussi de quiproquos et de douces réconciliations.

Légèrement moins drôle que son prédécesseur, cet opus renferme malgré tout son petit lot de scènes hilarantes (la phobie des chiens qu’entretient Mitaka est le running gag -réussi- de ce drama). Bien évidemment, vous apprécierez d’avantage ce Special Drama si vous connaissez déjà les personnages au travers de l’anime (le drama y est plutôt fidèle -même si je me souvenais d’un Mitaka beaucoup plus antipathique que cela).

A consommer sans modération, avec de grands yeux d’enfants. Des adaptations de ce calibre, respectueuses de l’œuvre originale, portées par un casting de qualité et qui ne s’étirent pas trop en longueur afin d’épuiser un filon doré, j’en redemande tous les jours.

Oli :

_________________________________________

Quick Review in English:

+ All the characters of the manga and the anime are there
+ Very good actors and actresses
+ Kishimoto Kayoko plays a stupid and over-reacting character: great!
+ This drama (two tanpatsu) will bring back to you happy memories

– Is Kishibe too old for his part?
– Not perfect of course. Does perfection exist?

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Comédie, Love Story, Télévision, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s