Toire no Hanako san, Matsuoka Jôji (1995)


TOIRE NO HANAKO SAN, aka Toilet no Hanako san, aka Hanako, aka School Mystery
トイレの花子さん
Année : 1995
Genre : écolière au fond du trou
Production : Shochiku
Réalisation : Matsuoka Jôji
Avec : Inoue Takayuki, Maeda Ai, Kono Yuka, Toyokawa Etsushi, Ôtsuka Nene, Fukaura Kanako, Hida Yasuto, Imuta Maya, Kuriyama Chiaki, Ozawa Zo, Santo Kotarô, Suzuki Yuka, Takenaka Naoto, Tsuchiya Kumiko, Umezu Sakae


Arrivée en cours d’année scolaire, Saeko peine à se faire de nouveaux amis…la faute à une triste légende urbaine, qui voudrait que les nombreux enfants disparus récemment aient été enlevés par le spectre des toilettes nommé Hanako san. Un fantôme dont Saeko serait la réincarnation…tout du moins dans l’esprit de ses camarades de classe.

Hanako san est une légende urbaine désormais bien connue, au Japon. Un esprit malin qui reviendrait hanter les toilettes des écoles pour faire disparaître un à un les élèves et autres collégiens. Faut-il voir, dans ce conte étrange, une dénonciation des harcèlements que se font subir les enfants ou un bad trip récurrent des Japonais sur les toilettes publiques ?

Le film TOIRE NO HANAKO SAN commence à dater (1995) et a été réalisé par un certain Matsuoka Jôji (George Matsuoka) que je ne connais ni d’Eve ni d’Adam – et ce n’est pas parce que j’en ai une contre lui, bien au contraire. Car j’adore son film. TOIRE NO HANAKO SAN se révèle en effet être un mélange improbable de conte pour enfants, de film d’angoisse, de thriller, de drame, de mystères et de surnaturel (enfin peut-être, je ne dirai rien de plus pour ne pas vous gâcher le final).

Par où commencer ? Le début, sans doute, ça me semble plus logique. TOIRE NO HANAKO SAN commence ainsi comme un simple drame mettant en scène une collégienne prise en grippe par toute sa classe : suite à un étrange malentendu, des enfants et autres cancres las vont se persuader que Saeko est en fait la réincarnation de Hanako san. Et qu’elle est responsable de la disparition de plusieurs de leurs camarades de classe dont on demeure encore sans nouvelles.

Là où le film fait fort, c’est dans sa gestion des différentes trames du récit : les pérégrinations des enfants, très attachants, sont passionnantes (même les plus basiques nous racontant leur vie quotidienne), et le mystère entourant les disparitions ajoute une ombre encore plus noire aux petites persécutions dont est victime Saeko. Du coup, on aura même droit à quelques scènes très dérangeantes. Un régal. Le film de Matsuoka Jôji mérite sans nul doute de s’asseoir sur le trône des meilleurs longs métrages dédiés à la reine des toilettes Hanako san.

Oli :        
Yasuko :

__________________________________________

Quick Review in English:

+ Great story: you never know if it’s about a ghost, a serial killer, madness or…
+ …simply a sad kid’s story (which is very interesting by the way)

– The music seems pretty strange for a movie of that kind…

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Drame, Fantastique, Fantômes, Thriller, Toilet no Hanako san, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s