Nankyoku monogatari, Kurahara Koreyoshi (1983)


NANKYOKU MONOGATARI, aka Antarctica
南極物語
Année : 1983
Genre : il était une froid
Production : Fuji TV / Kurahara Productions / Gakken
Réalisation : Kurahara Koreyoshi
Avec : Takakura Ken, Watase Tsunehiko, Okada Eiji, Natsume Masako, Oginome Keiko, Kusaka Takeshi, Kôyama Shigeru, Yamamura Sô, Etô Jun, Satô Kôichi, Kishida Shin, Obayashi Takeshi, Kanai Shinji, Nakamaru Shinshô, Satô Masufumi


Un groupe de scientifiques japonais se prépare à quitter sa base, perdue au beau milieu de l’Antarctique. En attendant la relève de la seconde équipe, ils quittent les lieux non sans avoir préalablement attaché tous les chiens… mais en raison de terribles conditions climatiques, la nouvelle équipe ne viendra jamais.

antarctica_1antarctica_2

Voilà un film qui m’avait bouleversé lorsque je n’avais pas encore atteint mes dix premières années. Gavé de Disney et autres longs métrages bon enfant et politiquement corrects, la découverte, un peu par hasard, de ce film d’aventure animalier avait constitué un véritable choc à l’époque : ici les animaux mouraient, ils avaient beau endosser parfois le costume de héros ça ne les empêchait pas de souffrir, de saigner… non ça n’empêchait pas l’injustice de frapper.
Mes souvenirs mélancoliques entretenant le mythe d’un film unique, je recherchais ce film depuis sans jamais faillir, pour tomber il y a maintenant quelques années sur une VHS René Château Vidéo puis, enfin, sur le DVD japonais. Une chose frappe tout d’abord grâce à l’édition DVD : le film est beaucoup plus long ! En effet, la version française que nous avons connue durant notre enfance est purement et simplement amputée de plusieurs dizaines de minutes : le plus souvent il s’agit de scènes avec les scientifiques japonais (la préparation de la première mission est coupée, la petite fête lors du retour de ladite mission est également passée à la trappe, etc.).
Bref, le visionnage du film en DVD est une bénédiction à part entière. Et le film en lui-même, que vaut-il, de quoi parle-t-il exactement ?

antarctica_3antarctica_4

Base Showa, 1958 : la première base construite par les Japonais en Antarctique. L’équipe est composée de onze membres, scientifiques pour la plupart, et de dix-neuf chiens des neiges. Après le terrible hiver, l’équipe doit être remplacée par un deuxième groupe. Mais le pire va survenir : en raison de conditions climatiques abominables, les scientifiques vont devoir abandonner leur base et les chiens, sans savoir quand la deuxième équipe pourra se frayer un passage à travers les glaces afin de prendre possession des lieux. Après examen de la situation, une décision est prise : personne ne viendra remplacer la première équipe. Personne pour s’occuper des chiens. Personne, non plus, pour simplement les détacher, leur laisser une infime chance de survie…
Mais les plus forts vont parvenir à s’en sortir, torturés par la faim et le froid, ils vont se défaire de leurs chaînes. Un petit groupe va alors se former, et parmi eux le meneur Ricky. Solide et courageux, il va entraîner dans son sillage quelques autres chiens : Jake, Ankie, Whitey, le solitaire Oguma Furen et les deux frères Taro et Jiro. Dès lors les épreuves vont se multiplier sur leur passage : les animaux vont devoir survivre à l’obscurité, à la faim, au froid, apprendre à chasser, à déjouer les pièges des crevasses et des glaces. Parfois au péril de leur vie. Parfois, aussi, jusqu’à son sacrifice.

Utilisant à merveille la beauté mais aussi la cruauté de ces immenses étendues de neige et de glace, le film de Kurahara est à la fois un appel à la tolérance, au respect pour toute vie qu’elle soit humaine ou animale, ainsi qu’un hymne à la nature et un conte initiatique. Petit détail qui a son importance, dans ce film-ci les chiens luttent pour leur propre survie, et ne sont en aucun cas subordonnés à une mission humaine quelconque. Non, dans ANTARCTICA les chiens occupent bel et bien la place centrale du récit, et il faut bien reconnaître que l’on s’attache assez rapidement à eux, que l’on prend fait et cause pour leur douloureuse odyssée.

antarctica_5antarctica_6

D’origine japonaise, les chiens du film ANTARCTICA sont d’une race assez particulière. Il ne s’agit pas ici de Husky ni même de races croisées mais de Karafuto Ken. Comme le souligne le film de Kurahara, on peut trouver ces chiens sur les îles Sakhaline, mais aussi à l’extrême nord du Japon, à Hokkaido et aux alentours. Réputé pour son endurance, le Karafuto Ken est également un chasseur, capable parfois de survivre seul. L’extraordinaire condition physique de cette race peut expliquer les doutes mêlés de culpabilité qui vont alors venir hanter les scientifiques japonais durant leur long séjour au Japon. Et si quelques chiens avaient pu survivre durant tous ces longs mois ? Et s’ils avaient réussi l’impossible ?
Et si…

Avant tout destiné à un jeune public, ANTARCTICA devrait également ravir les plus anciens qui, comme moi, avaient découvert ce film il y a maintenant vingt ans et qui l’avaient perdu de vue depuis. Des paysages magnifiques, des personnages touchants, des chiens plus courageux et nobles que la grande majorité des hommes… oui ANTARCTICA, qui plus est porté par les mélodies magiques de Vangelis, est peut-être le plus joli film animalier qui soit.

Un chef d’œuvre absolu et bouleversant, qui vous touchera encore plus lorsque vous saurez que le scénario s’inspire d’une histoire vraie : Taro et Jiro ont d’ailleurs leur statue à Wakkanai, à l’extrême nord du Japon.

Oli :        
Yasuko :

________________________________________

Quick Review in English:

+ A masterpiece, a beautiful and true story
+ Great natural sets
+ Good actors
+ Taro, Jiro, Ricky, Oguma Furen…
+ Vangelis
+ The dogs fight for themselves, they don’t try to save humans

– A few studio scenes are not so good

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Aventure, Drame, Oldies, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s