Black Rain, Ridley Scott (1989)


BLACK RAIN
Année : 1989
Genre : Black Reine, polar royal
Production : Paramount / Pegasus
Réalisation : Ridley Scott
Avec : Michael Douglas, Andy Garcia, Takakura Ken, Kate Capshaw, Matsuda Yûsaku, Kôyama Shigeru, Wakayama Tomisaburo, Ono Miyuki, Luis Guzmán, Guts Ishimatsu


Un flic soi-disant corrompu et véritable tête brûlée de son état met la main sur un dangereux yakuza en territoire américain. Il reçoit pour ordre de l’accompagner jusqu’au Japon afin de le remettre aux autorités locales…une mission de routine pour le Sergent Conklin mais qui va vite tourner au cauchemar puisque le yakuza disparaîtra à l’aéroport d’Osaka.

Contre l’avis de sa hiérarchie, Conklin va rester au Japon et bousculer toutes les conventions pour retrouver le malfaiteur.

Plafonds bas, buildings écrasants, nombreuses scènes de nuit et une lumière du soleil qui peine à percer même durant la journée…l’ambiance de BLACK RAIN rappelle étrangement celle de BLADE RUNNER : atmosphère nocturne et étouffante, presque irrespirable. Ridley Scott n’a d’ailleurs pas dû choisir la ville d’Osaka par hasard, puisque celle que l’on surnomme la capitale industrielle du Japon n’est pas, de très loin, une perle de folklore et d’architecture.

Scott nous donne donc ici une vision très personnelle du Japon, loin des caricatures habituelles et autres poncifs du genre habitant généralement le cinéma américain : on passe allègrement sur le coté réaliste des choses et on se réjouit du parti pris artistique du réalisateur. On applaudit également des deux mains Ridley Scott pour avoir tourné avec des acteurs japonais (mais je vais y revenir) et en japonais. La précision n’est pas négligeable car bien souvent aux États-Unis (et au mépris du bon sens), l’anglais semble être la langue universelle : il en était ainsi dans KUNDUN ou même plus récemment dans MEMOIRS OF A GEISHA.

On peut dès lors deviner, dans la démarche du réalisateur, une réelle volonté de ne pas prendre le Japon comme un simple décor pour son film. Ridley Scott va en effet plus loin : il tourne en japonais, c’est une première chose, mais il imprègne également son long métrage de philosophie nippone, laquelle est parfaitement incarnée par le personnage du flic japonais (Matsumoto). Certes, l’enquête va rapidement progresser grâce à la vista et à l’énergie décomplexée d’un Américain (Conklin). Néanmoins, le point de vue japonais n’est jamais mis de coté, et d’ailleurs le flic venu des États-Unis repartira du Japon profondément changé (le dialogue entre Conklin et Matsumoto, lorsque ce dernier demande au premier cité s’il a déjà volé de l’argent sale aux USA, reste pour moi le plus beau moment du film).

Pour terminer, quelques mots sur le merveilleux casting… Ridley Scott a effectivement fait appel à des acteurs du cru, et pas n’importe lesquels : l’immense Wakayama Tomisaburo, le toujours excellent Takakura Ken ou encore Matsuda Yûsaku, qui décèdera hélas peu après, et qui termina d’ailleurs le tournage au prix d’immenses efforts pour vaincre la douleur. Scott n’a donc pas fait les choses à moitié, surtout que le casting américain est également très bon, Andy Garcia et surtout Michael Douglas se révélant absolument parfaits dans leurs rôles respectifs. Un grand bravo à Ridley Scott donc, pour avoir su imposer des acteurs peu ou pas connus aux USA plutôt que de choisir la facilité et de tourner avec des Américains d’origine asiatique.

Ce qui à la base ne ressemblait qu’à un énième polar de série se transforme, sous la houlette du génial Ridley Scott, en excellent thriller à propos d’un flic fatigué qui a perdu toutes ses illusions. Un film plus intelligent qu’il n’y parait au premier abord, qui parvient à prouver que deux cultures que tout oppose, peuvent aussi parfois ponctuellement se rejoindre.

Oli :        
Yasuko :

Comparaison en images : les lieux du tournage de BLACK RAIN en 2009

_________________________________________

Quick Review in English:

+ You can feel a lot of respect for Japanese culture in BLACK RAIN
+ Ridley Scott used real Japanese actors, not the usual Asian-American guys
+ What a casting!
+ The Japanese actors speak Japanese, not English. It’s rare in Hollywood movies
+ Ridley Scott shot his movie in Osaka. He didn’t choose the most famous Japanese places
+ Not the greatest story of all time, but sets and filmmaking are very original
+ A movie with a soul of its own
+ Great dialogues

– As I said: not the greatest story of all time
– Matsuda Yûsaku died just after, he was in great pain during the shooting

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Oldies, Polar / Film Noir, Yakuza, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s