Densen uta, Harada Masato (2007)


DENSEN UTA, aka Suicide Song
伝染歌
Année : 2007
Genre : le fantasque-tique
Production : Shochiku
Réalisation : Harada Masato
Avec : Matsuda Ryûhei, Iseya Yusuke, Ôshima Yûko, Kimura Yoshino, Akimoto Sayaka, Kojima Haruna, Maeda Atsuko, Kasai Tomomi, Abe Hiroshi et quelques yōkai furtifs


Depuis le suicide d’une écolière, une légende urbaine a pris corps à Tokyo : une chanson maudite pousserait à la mort celles et ceux qui oseraient écouter sa mélodie…

Adaptant une histoire du responsable des nouvelles ayant abouti à la série des ONE MISSED CALL, Harada Masato ne pouvait décemment pas réaliser un film de fantômes comme les autres. On se souvient encore de son sublime INUGAMI, véritable hommage cinématographique aux kami et autres esprits malins errants dans les profondes forêts de Shikoku.

Il ne faut donc pas se laisser prendre au piège du pitch (un peu minable) du film. Car DENSEN UTA détourne la plupart des règles du genre. A tel point qu’on en vient à douter (plus d’une fois) de la présence réelle d’un fantôme dans cette histoire (au début j’ai cru à un film sur les otaku…). Harada Masato mélange donc les genres, ne cède pas à la facilité du film de frisson (on ne sursaute jamais), et on ignore souvent si on est ici en présence d’un film fantastique, d’une comédie noire ou d’un thriller.

DENSEN UTA est hélas miné par de cruelles chutes de rythme qui desservent son originalité. Quelques prises de risque dans la réalisation permettent quand même au spectateur de se réveiller au bon moment. Pas le film de l’année donc, mais un film différent. Ça fait du bien parfois. Surtout que je l’ai loué sans absolument savoir de quoi tout cela pouvait bien parler. Et c’est peut-être encore la meilleure manière d’aborder ce DENSEN UTA.

Oli :

________________________________________

Quick Review in English:

++ The originality
++ Harada Masato is mixing different genres
++ Good cast
++ Weird atmosphere

— Everyone won’t like this slow-paced movie
— From the producer of AKB48

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Fantômes, Thriller, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s