Ju-on 2, Shimizu Takashi (2003)


JU-ON 2, aka Ju-on The Grudge 2
呪怨2
Année : 2003
Genre : devinez …
Production : Oz Company
Réalisation : Shimizu Takashi
Avec : Sakai Noriko, Niiyama Chiharu, Horie Kei, Ichikawa Yui, Katsurayama Shingo, Fuji Takako


Des personnes tournant une émission télévisée dans la célèbre maison hantée sont victimes de la malédiction «Ju-on». Toshio et sa maman reprennent du service: l’hécatombe peut repartir de plus belle…

Toshio et sa maman sont donc de retour et, devinez quoi : ils ne sont pas contents ! En gros avec cette suite du premier JU-ON, on prend les mêmes et on recommence : même réalisateur, même fantôme, même structure narrative et certains acteurs ont également rempilé. Bref, là où le premier JU-ON parvenait à surprendre quelque peu de par sa construction non linéaire, le fait de reprendre exactement le même système (ou presque) dans JU-ON 2 n’a pas véritablement l’effet escompté. Certes par moment des petites idées de mises en scène au moyen de déstructuration temporelle fonctionnent à plein régime : j’en veux pour preuve cette scènette où une jeune femme et son ami entendent des bruits dans le mur, où cette jeune femme entrevoit également un pendu avant que celui ne disparaisse. Que se passe-t-il exactement ? Les réponses, en la forme de monstrueuses apparitions, ne vont (hélas) pas tarder à arriver : et oui par moments il vaut mieux cultiver son ignorance !

Le problème majeur du film est que, après le premier JU-ON, on connait plus ou moins les règles du jeu : en gros les films de Shimizu sont de véritables jeux de massacre, tout le monde y passe à un moment ou à un autre, il suffit d’attendre son tour. Et les apparitions se multiplient à un rythme effréné, on voit ou entrevoit ainsi si souvent Toshio et sa charmante maman qu’ils finissent par ne plus véritablement effrayer. Pire même, après deux films le petit garçon en deviendrait presque mignon, avec sa petite bouille peinturlurée en bleue. Ajoutez lui un bonnet blanc et il passerait presque pour un Schtroumpf (le grognon).

Oli :

_________________________________________

Quick Review in English:

++ Shimizu knows how to direct scary scenes
++ Always that very weird and scary atmosphere

— Too many ghosts on screen is not always such a good idea
— Always (almost) the same stories since the first two dramas

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Fantômes, Horreur, Ju-on, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s