Kuchisake, Hashiguchi Takaaki (2005)


KUCHISAKE, aka The Slit-Mouthed Woman, aka Kannou byôtou : nureta akai kuchibiru
口裂け
Année : 2005
Genre : Epouvante zérotrique
Production : Inter Film
Réalisation : Hashiguchi Takaaki
Avec : Aoyama Minami, Asada Mayu, Hanazawa Lemon, Hazuki Hotaru, Honda Kikujiro, Ito Takeshi, Kazama Kyôko


Une étrange femme au visage déchiré semble hanter les couloirs d’un hôpital abandonné…

Un vieil hôpital, des jolies filles et quelques tétons raidis, et puis le spectre maléfique de la femme défigurée (Kuchisake onna). On se dit alors que cette production « Inter Film » commence plutôt bien. L’ensemble plutôt cheap et l’image un peu sale rajouteraient même un petit quelque chose de très positif à ce film très court (62 minutes). Et puis…

Et puis les apparitions fantomatiques se font de plus en plus rares, au profit des apparitions fantomatriques si j’ose dire, puisque les scènes de cul se succèdent (parfois elles sont complètement gratuites) avec des gros plans sur les langues qui s’entremêlent, sur les poitrines gonflées et tout le reste. C’était bien la peine de se donner tant de mal pour instaurer une ambiance glauque durant les premières minutes… A mesure que le film progresse on n’a plus alors qu’une envie : appuyer sur le bouton « arrêt » (des fesses) de sa télécommande…

Bon heureusement les filles sont jolies (Aoyama Minami a ainsi tourné dans des AV) mais enfin bon… à la rigueur si y’avait eu des tentacules je dis pas, mais là… même pas !

Oli :

_________________________________________

Quick Review in English:

++ One of my favourite Japanese urban legend
++ An old hospital…by night: classic but good
++ Really sexy (sexual) scenes

— But too much sex! Yes it’s possible: there is more sex than horror
— Be aware: this is a pinku movie
— Very cheap and a very poor filmmaking

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Kuchisake onna, Pinku, V-Cinema, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s