Tokyo Zombie, Satô Sakichi (2005)


TOKYO ZOMBIE
東京ゾンビ
Année : 2005
Genre : Zom-Bis
Production : Tokyo Zombie Seisaku Iinkai
Réalisation : Satô Sakichi
Avec : Asano Tadanobu, Aikawa Sho, Okuda Erika, Furuta Arata, Matsuoka Hina, Takagi Maria, Tanimura Mitsuki, Umezu Kazuo


Des zombies à Tokyo, un petit garçon victime d’attouchements, un vrai faux professionnel de la lutte et un grand niais à coupe afro, gentil mais un peu violent, qui va finir dans une arène à mettre des mandales aux morts-vivants…

Attention : les photos fun et gores sont trompeuses ! En effet, TOKYO ZOMBIE ne tient ses promesses barrées que durant la première demi-heure. A ce moment là on en a vraiment pour son argent : c’est drôle, c’est gore, parfois non-sensique et le numéro de Tadanobu (même si il est coutumier du fait) est plutôt réussi. Et puis le ton acerbe, l’humour noir font mouche (à merde, vu les tonnes de bidoche découpée), et la sensation apocalyptique proche du néant est plutôt bien rendue : on se dit que les personnages sont vraiment paumés et que l’anarchie règne (inutile d’envisager d’appeler la police ou les secours – seul répondra à votre appel un cadavre ambulance !).

Hélas le néant, cinématographique cette fois-ci, le film va bien y sombrer… Après la première demi-heure, le long métrage perd en rythme et en intérêt. Bref le tout ne fait qu’une heure quarante environ, mais c’est tellement ennuyeux qu’on a l’impression d’une lente et pénible éternité… Même les personnages finissent pas agacer (la constante nonchalance de Tadanobu, l’hystérie de sa femme…).

Bref, à mon sens TOKYO ZOMBIE est un film qui déborde de bonnes intentions mais qu’il convient impérativement d’arrêter au bout de 30 minutes pour rester sur une bonne impression.

Oli :

_________________________________________

Quick Review in English:

++ Original story, mixing violence, dark comedy, zombies and more
++ Two good main actors
++ Umezu Kazuo

— The second part of the movie is less interesting than the first one

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Comédie, Fantastique, Umezu Kazuo, Zombies, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s