Birthday Mail, Sotoyama Masayuki (2008)


BIRTHDAY MAIL
バースデイメール
Année : 2008
Genre : j’ai mail à la tête
Production : Zen Pictures
Réalisation : Sotoyama Masayuki
Avec : Ogura Haruka, Oono Yukari, Wakamatsu Mitsue, Hara Yoshiko, Tsuji Ayaka


Rumeur ou fait divers avéré ? Certaines personnes seraient récemment décédées après avoir reçu un email leur souhaitant un joyeux anniversaire et annonçant dans le même temps leur décès à venir 10 jours plus tard…

La « série » des étranges légendes urbaines de Zen Pictures dénote quelque peu du reste de leur production. Le ton est beaucoup plus sérieux, il n’y pas de filles habillées en Sailor Moon (voire en Sailor Ninja !) ni de monstres ou tentacules en plastique. Le problème c’est que, à trop vouloir bien faire, l’esprit complètement bis de Zen Pictures disparait quelque peu au profit d’un ton trop sérieux desservi par les cruels manques de moyens des productions susnommées.

Résultat : on ne rigole plus vraiment et comme bien évidemment l’ensemble n’est pas suffisamment bien emballé pour effrayer, on se retrouve devant un objet filmé dont l’intérêt est somme toute limité. Alors bien sûr chez Zen Pictures les filles sont toujours jolies et les costumes réussis, mais est-ce que c’est suffisant pour tenir le coup une heure durant ? Oui (si vous êtes…comme moi) et non (si vous êtes un spectateur au cerveau normalement constitué).

Maintenant il faut quand même avouer que ce BIRTHDAY MAIL est un peu pénible à suivre d’une seule traite, et ce ne sont pas les énormes risques dans la réalisation qui me feront changer d’avis (fabuleux split screen à la 24 : Jack beau joueur ne critiquera pas trop…). Le film se résume ainsi en réalité à quelques morts platement mises en scène, à des discussions vides et interminables (de quoi attraper un mail de tête) et surtout à des séquences d’étranglement féminin qui se répètent souvent et qui sont d’une longueur inouïe. D’ailleurs je me demande si ce film ne s’adresse pas tout simplement à un public accro à ce genre de pratiques – selon lesquelles l’étranglement ferait monter l’orgasme féminin.

Oui, BIRTHDAY MAIL c’est un peu le goût laid d’étranglement cinématographique.

Oli :

_________________________________________________

Quick Review in English:

++ Pretty girls (as always with the Zen Pictures Productions)
++ If you are pervert enough to enjoy female strangulations, this movie is for you

— Nothing really happens (except the long strangulations, of course)
— When you direct a movie with idols who don’t know how to act, why do you want to make them talk so much ?

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Fantômes, V-Cinema, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s