Chakushin ari:Final, Asau Manabu (2006)


CHAKUSHIN ARI: FINAL, aka One Missed Call Final
着信アリ Final
Année : 2006
Genre : le final ment
Production : Kadokawa Pictures
Réalisation : Asau Manabu
Avec : Kuroki Meisa, Horikita Maki, Itao Itsuji, Jang Un-seok


Une jeune japonaise qui ne supportait plus d’être le souffre-douleur de son école s’est récemment pendue… Ses camarades de classe, de voyage en Corée du Sud, ne le savent pas encore mais ils vont, chacun leur tour, recevoir un appel leur annonçant une mort prochaine…

Après un premier épisode bien troussé et un deuxième opus plus moyen mais qui demeurait malgré tout divertissant, les producteurs ont rempilé pour ce chapitre final qui est bien évidemment le chapitre de trop. On tente bien de dépoussiérer les décors en transposant l’intrigue en Corée du Sud mais ça ne fonctionne pas vraiment. Car là où ONE MISSED CALL 2 utilisait à bon escient Taiwan et son folklore pour renouveler un peu son sujet, ONE MISSED CALL FINAL se contente de quelques plans de Pusan (moi ça me séoul) sans jamais aller au-delà (on n’entend d’ailleurs aucun mot coréen durant tout le récit, c’est un vrai tour de force – car comme par magie le seul personnage sud-coréen du film est…muet !).

ONE MISSED CALL FINAL se détache néanmoins quelque peu des deux premiers films en se réappropriant leur principe de base (on reçoit un appel du futur annonçant notre mort) mais en y injectant toutefois un petit détail bien sympathique : en effet il est désormais possible d’échapper à la malédiction si la victime initialement désignée transfère le message mortel de son téléphone vers celui de l’un de ses contacts. Ici la bande de jeunes va rapidement comprendre le stratagème et la tension va monter crescendo. Le groupe va bien évidemment se désagréger à toute vitesse, certaines demoiselles n’hésitant pas à transférer le message maudit à leur meilleure amie : crêpage de chignon assuré ! De plus, il faut souligner que dans ce film-ci, et contrairement aux deux premiers, toutes les victimes potentielles (à l’exception d’Emiri et de son petit ami) sont parfaitement insupportables, voire parfois odieuses. Le plaisir n’en est que plus grand lorsque la mort se décide enfin à frapper.

Sur le fond par contre, rien de neuf : l’esprit de Mimiko plane comme à son habitude sur le film armé de ses mises en scènes macabres et de ses bonbons rouges (on a donc droit à un véritable sucre d’orgie de meurtres), et la sonnerie de téléphone est toujours la même. On regrettera le manque d’originalité de l’ensemble, la faiblesse de l’intrigue et surtout ces petits détails qui, mis bout à bout, confèrent à ce chapitre final un arrière goût de ratage : le bug informatique de la fin est, par exemple, complètement ridicule. Le dénouement (qui se veut éminemment tragique) tombe également à plat puisqu’il s’agit de la copie conforme de l’une des plus jolies scènes de ONE MISSED CALL 2.

Enfin les fans de la franchise seront sans nul doute les plus déçus, puisque ce chapitre final qui se voulait plein de révélations ne nous apprend quasiment rien de plus au sujet de la malédiction de la petite Mimiko…

Oli :

_________________________________________

Quick Review in English:

++ The ONE MISSED CALL franchise travels again: this time in South Korea
++ Almost all the characters are morrons, thus it’s pretty fun to watch them die
++ A fan of the two first movies will want to see that one

— This film is set in South Korea, but you won’t hear a single word of Korean!
— The ending is not so bad but it’s a copy of the second movie
— We do not learn many things about the main curse
— The worst movie of the three ONE MISSED CALL

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Fantômes, Horreur, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Chakushin ari:Final, Asau Manabu (2006)

  1. Melissa dit :

    Je n’est pas aimé ce troisieme film ni le deuxieme, il y a que le que je rouve acceptable, de plus il y a Meisa Kuroki que je peu pas voir et que je trouve ne vaut rien en tand qu’actrice

    • Oli dit :

      Melissa : je réponds ici à votre demande formulée sur mon ancien blog (dont je ne m’occupe plus, donc je préfère répondre ici). Au sujet de TORIHADA (dont les fiches seront bientôt transférées sur ce blog), j’ai vu quelques épisodes à la télé japonaise, et les autres en DVD locatifs, que j’ai donc directement loués au Japon. Ces DVD sont trouvables sur des gros sites du genre Amazon.jp ou Yesasia, mais bien entendu sans sous titres, même anglais.

  2. Melissa dit :

    oui c’est brai c’est dommage que le personnage de Jang Un-seok soit muet, c’est un tres bon acteur je trouve il n’y a qu’a le voir dans le drama you’re beautiful, sa aurait eais mieux qu se soit le personnage de Meisa

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s