Honto ni atta kowai hanashi, Tsuruta Norio (2008)


HONTO NI ATTA KOWAI HANASHI
ほんとにあった怖い話
Année : août 2008
Nombre d’épisodes : 5
Genre : drama horrifique
Production : Fuji TV
Réalisation : Tsuruta Norio
Avec : Sho Takada, Kato Rosa, Iwasa Mayuko, Becky, Kanning Takeyama, Nokubo Naoki, Kinoshita Yukina


廃屋の螺旋 : deux enfants s’amusent sur le toit d’un immeuble abandonné. Sur le chemin du retour, ils croiseront dans l’escalier une ombre étrange, aux pas pesants…

病室の住人 : chaque soir, le lit d’une patiente se met à bouger étrangement. Si la jeune femme croit tout d’abord à des tremblements de terre, elle va vite se rendre à l’évidence : dans la chambre, seul son lit parait soumis à ces phénomènes.

路上の思い : en voiture sur la route pour se rendre dans un izakaya, un couple manque de renverser un enfant qui traversait le passage piétons. Assez curieusement, seule la petite amie a aperçu cet enfant qui a disparu sans laisser aucun trace…

K町のマンション : un agent immobilier hésite à louer un triste appartement qui a la réputation d’être hanté. Un jour pourtant, devant l’insistance d’un client séduit par le prix, il se décidera à céder enfin les lieux. Quelques semaines plus tard, le locataire semble avoir disparu de la surface de la planète…

着信履歴 : trois amis se rendent en voiture sur un lieu prétendument hanté. Pour s’amuser, ils abandonnent même le plus téméraire d’entre eux en pleine nuit sur une route abandonnée. Mais quelques secondes plus tard, ils vont recevoir un étrange coup de téléphone…

La série HONTO NI ATTA KOWAI HANASHI pourrait être traduite ainsi : « des histoires effrayantes qui sont vraiment arrivées ». Ladite série existe depuis 1999 et sévit habituellement l’été sur les petits écrans japonais. La saison 2008 a donc été diffusée le 26 août et propose le réalisateur Tsuruta Norio à la caméra (RING 0). Devant l’objectif c’est assez inégal, puisque comme d’habitude avec les drama japonais on a droit à tout et n’importe quoi, le meilleur comme le pire (des comédiens de télévision sans talent aucun sinon leur joli minois, les pitoyables Becky et Yukina en tête de liste).

Les histoires proposées naviguent comme toujours sur des légendes urbaines éculées mais qui ici fonctionnent parfaitement en raison du soin apporté pour présenter l’ensemble. Les décors minimalistes sont réussis, l’ambiance est pesante et la réalisation distille quelques effets très intéressants. Pour preuve : j’ai sursauté plusieurs fois (et non, pas seulement lorsque Becky a tenté de jouer la comédie).

Bien évidemment, le format télé dénature un peu tout ce bon travail puisque le petit écran vomit ses litres de pub à intervalles réguliers. Le mieux c’est donc encore d’enregistrer l’émission pour pouvoir zapper tout ça (parce qu’en plus des pubs, certains comédiens interviennent pour livrer leurs impressions sur de vraies histoires d’horreur : ça oui c’est digne d’un film d’épouvante).

Au final, cette saison 2008 des HONTO NI ATTA KOWAI HANASHI tient toutes ses promesses (à l’exception de l’épisode avec Becky mais ça je crois que vous l’aviez compris, inutile de remuer la hallebarde dans la plaie). Proposant des histoires et des lieux bien connus du cinéma d’horreur (l’hôpital hanté, les coups de téléphone de l’au-delà, l’immeuble désaffecté) ainsi que des fins ouvertes ou fermées, les HONTO NI ATTA KOWAI HANASHI de l’été 2008 constituent un divertissement très honorable et surtout la preuve que l’on peut faire de bonnes choses sans avoir obligatoirement recours à un budget énorme et des effets spéciaux assistés par ordinateur (que les adeptes américains des remakes friqués prennent un peu exemple là dessus).

Oli :

Lien vers le site officiel : Fuji TV

________________________________________

Quick Review in English:

++ This drama always provides quality
++ A very good director
++ Classic but efficient stories

— Becky and Yinoshita Yukina, the worst of the « baka idolu » from the Japanese television

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Fantômes, Horreur, Télévision, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s