Kigai Vol. 1, Nagai Hiroshi (2008)


KIGAI VOL. 1
奇街 前編
Année : 2008
Genre : caille-jū eiga
Production : Zen Pictures
Réalisation : Nagai Hiroshi
Avec : Fujii Reina, Maria, Sawaki Risa


Miki est une jeune écolière qui adore les mystères. Elle se lance sur les traces de la légende d’un monstre qui apparaitrait si et seulement si un certain artefact était détruit. Entrainant son amie Reiko avec elle, la jeune femme n’est pas au bout de ses surprises, et croisera même sur son chemin un être étrange aux cheveux blancs…
Se pourrait-il que cette personne ne soit pas humaine ?

Des filles, un kaijū en plastique et avec un bec complètement ridicule, un méchant sans charisme avec une cape noire toute pourrie, une histoire inutilement bavarde et une réalisation médiocre, oui il n’y a pas de doutes possibles : vous êtes bien dans une production Zen Pictures.

Alors certes le coté ultra cheap et un brin racoleur a toujours tout pour plaire, mais qu’est-ce que c’est mou… Et puis quand on a sous la main des acteurs sans grand talent, pourquoi s’évertuer à vouloir les faire parler autant ? Car oui le problème majeur de KIGAI ce sont bien ces discours interminables qui prennent place entre deux scènes proches du n’importe quoi filmé (un comble pour un DTV d’une heure…).

Heureusement les filles sont toujours plutôt mignonnes et le réalisateur n’est pas avare en « plan-culotte » (c’est d’ailleurs le gag ré-cul-rent du film, avec la petite Reiko toujours à quatre pattes chez elle). Sawaki Risa est d’ailleurs une gravure idole de métier, et non j’ai vérifié elle n’a pas (encore) tourné d’AV.

Oli :

_________________________________________

Quick Review in English:

++ Weird
++ A very cheap kaijū-like in plastic
++ The ass of Sawaki Risa

— Too many dialogues
— Very, very cheap (Zen Pictures Production)
— Not so fun…actually it’s boring

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Kaijû eiga, V-Cinema, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s