Zombie Jieitai, Tomomatsu Naoyuki (2005)


ZOMBIE JIEITAI, aka Zonbi Jieitai, aka Zombie Self-Defense Force, aka Nihonbi 1
ゾンビ自衛隊
Année : 2005
Genre : sanbinaire
Production : Museum
Réalisation : Tomomatsu Naoyuki
Avec : Watase Miyû, Ôya Hisakatsu, Takayama Yûya, Yamasaki Jun, Saeki Shun, Arai Kenji, Hase Masayuki, Nagamine Eriko, Mihiro


Suite au crash d’un OVNI au pied du Mont Fuji, les morts vont revenir à la vie… avec appétit ! Très rapidement, les survivants vont s’organiser : quelques militaires, une idole capricieuse et un jeune yakuza vont ainsi se réfugier dans une maison isolée.

Après le déjà très bon et décomplexé film de zombies intitulé STACY, Tomomatsu Naoyuki persiste et saigne avec ce ZOMBIE JIEITAI déjanté, un peu fauché mais parfaitement maitrisé. Le rythme est ainsi très bien pensé et digne des meilleurs films du genre. Les situations alternent le déjà vu et les coups d’éclat scénaristiques (le bébé mort-vivant et non pas mort-né, les zombies enfantés par un extraterrestre –idée qui sera creusée dans le film ZOMBLIEN de Jake Kennedy), sans parler d’un fil rouge (je ne parle pas du cordon ombilicale) intéressant avec ces flashback étranges frappant le personnage principal.

Tomomatsu Naoyuki ose à peu près tout (jusqu’à la fin hallucinante) mais garde toujours à l’esprit qu’il tourne un vrai film (fauché certes, mais un film) et non pas un court-métrage façon colonie de vacances (à la Zen Pictures). Le scénario n’est ainsi pas trop mal fichu, quelques situations sont vraiment drôles et les acteurs pour la plupart bien encadrés et loin d’être ridicules. Qu’il s’agisse des militaires ou encore de la grave (ure) idole, ils s’en sortent tous très correctement (et en rajoutent des tonnes juste quand il faut).


Ci-dessus : un soldat en plein « bad tripes »

Enfin le lieu où se déroule le film n’a pas été choisi par hasard puisqu’il s’agit de la forêt située au pied du Mont Fuji. Aokigahara Jukai, cette mer d’arbres réputée pour son culte de la mort et de l’oubli, est l’un des endroits où l’on compte le plus de suicides au monde. Des samouraïs y avaient aussi établi leurs camps tandis qu’aujourd’hui ce sont les militaires japonais qui occupent partiellement les lieux. Lorsque l’OVNI se met donc à déverser une fumée qui réveille les morts sur ladite forêt, on se doute immédiatement que le résultat va être catastrophique (pour notre plus grand plaisir).

Vous en reprendrez bien un morceau ?

Oli :

________________________________________

Quick Review in English:

+ Crazy movie: ultra-violence, dark comedy, suspense and so many mad ideas
+ The zombie fœtus: yeeeeah!
+ Mihiro eaten alive
+ One of the best movie of its kind

– As always, it’s cheap, and not to be taken too seriously

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Action, Comédie, Gore, Horreur, Science-Fiction, V-Cinema, Zombies, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s