Yūrei Zombie, Shiraishi Kôji (2007)


YÛREI ZOMBIE, aka Ghost Zombie
幽霊ゾンビ
Année : 2007
Genre : la nuit des morts-revenants
Production : Ace Deuce Group
Réalisation : Shiraishi Kôji
Avec : Nakamura Chise, Matsumoto Hiroya, Yanagi Yūrei, Nocchi


Un chauffeur de taxi qui va se découvrir des talents de tueur de zombies, un fantôme sans mauvais esprit, une gravure idole sans défense, un mort-vivant qui va s’allier avec un revenant, de la tripaille, un tentacule et un punk abruti.

Isolés tous ensembles dans la profonde campagne japonaise…qui pourra bien s’en sortir ?

YÛREI ZOMBIE… ou quand un revenant croise le chemin de morts-vivants. Idée géniale mais qui aurait pu aller encore plus loin avec des aliens en plus (je sais je suis un éternel insatisfait). Petit DTV sorti fin 2007 dans un certain anonymat, YÛREI ZOMBIE mérite pourtant sang fois le détour, et ce n’est pas surprenant lorsque l’on se rend compte que Shiraishi Kôji est derrière la caméra (techniquement il avait déjà rendu une copie très propre avec KUCHISAKE ONNA). Un réalisateur à suivre…

Sur la forme, YÛREI ZOMBIE est donc assez irréprochable (pour un DTV un brin fauché, j’entends). On regrettera malgré tout quelques fautes de goût assez énormes en matière d’éclairage (quelques surexpositions piquent les yeux), tandis que les détails qui viennent trahir le cruel manque de moyens amusent plus qu’ils ne déçoivent (la présence de protections en plastique dans toutes les scènes d’intérieur pour ne pas tâcher les murs – astuce très voyante déjà utilisée à outrance dans ZOMBIE JIEITAI).


Ci-dessus : il est tombé sur un bon tord-boyaux

Malgré la folie apparente du scénario, Shiraishi Kôji n’abuse pas non plus le spectateur et n’en fait pas des tonnes. Certes on aurait aimé plus de fantômes, des batailles rangées entre zombies et revenants, mais il faut garder à l’esprit qu’il s’agit ici d’un DTV. Nous n’avons donc droit qu’à un seul fantôme, une dizaine de zombies environ et des idoles (belles à…croquer) qui courent pour échapper aux monstres. Le sang gicle, les acteurs sont assez inspirés, c’est parfois très drôle et de temps à autres presque inquiétant.

Bref, une réussite indéniable. Le marché du DTV au Japon (V-Cinema) regorge décidément de bonnes surprises et n’est en aucun cas synonyme de « films très bas de gamme » comme c’est le cas un peu partout en dehors de ce pays (ce qui est logique puisque l’on dit toujours que le nul part ailleurs).

Oli :        
Yasuko :

________________________________________

Quick Review in English:

++ A good horror movie, by a good director
++ Shiraishi Kôji was not very famous at that time
++ My favourite « horror gravure idol »
++ Blood, fun, ghosts and zombies! A good surprise

— Not a big production, do not expect hundreds of zombies
— The sets do not look like very professionnal ones

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Comédie, Fantastique, Fantômes, Gore, Horreur, V-Cinema, Zombies, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s