Siren, Tsutsumi Yukihiko (2006)


SIREN, aka Forbidden Siren
サイレン
Année : 2006
Genre : jeux vidéo…et des bas
Production : Toho
Réalisation : Tsutsumi Yukihiko
Avec : Ichikawa Yui, Morimoto Leo, Tanaka Naoki, Abe Hiroshi, Nishida Naomi, Matsuo Suzuki, Shimada Kyusaku, Takahashi Mai, Nishiyama Jun


Un soir de tempête, un équipage débarque sur l’île de Yabi. Dans une maison isolée et alors que les vents et la pluie se déchainent, les marins mettent la main sur un homme semblant proche de la folie, hurlant à qui veut bien l’entendre qu’il ne faut pas sortir de la bâtisse tant que la sirène est dans les parages…

Plusieurs dizaines d’années plus tard, un père de famille arrive à son tour sur l’ile de Yabi. Accompagné de ses enfants, il espère que l’étrange maladie qui frappe l’un d’eux disparaitra d’elle même, loin de la pollution et des rues bruyantes de Tokyo. Dès ses premiers pas sur l’ile, la fille ainée est choquée par le comportement des habitants, qui se contentent de la fixer de leur regard sans vie…

Avant d’être un film, FORBIDDEN SIREN est une série de jeux vidéo qui, sans révolutionner le genre, a contribué à redonner un souffle certain au « survival horror » sur Playstation. Si les adaptations de jeux sur grand écran n’ont jamais véritablement rencontré de succès d’estime, celles-ci deviennent maintenant si fréquentes que l’on décrochera bien un jour un chef d’œuvre en la matière (enfin j’espère).

Dans la veine (jugulaire) du « survival horror », les films RESIDENT EVIL et SILENT HILL avaient en leur temps (pas si lointain) beaucoup déçu parce-que s’éloignant trop de la franchise culte de Capcom pour le premier cité, et parce-que bien moins effrayant que l’original pour le second. FORBIDDEN SIREN, le film, ne déroge hélas pas vraiment à la règle… L’histoire a été spécialement écrite pour le grand écran (mais rappelle vaguement le premier jeu) et ne parvient jamais à recréer l’ambiance terrifiante des titres sur Playstation. Les jeux vidéo utilisaient ainsi un système de vue à la première personne pour effrayer les joueurs (et ça marchait), et bien le film se contente de reprendre cette astuce uniquement deux ou trois fois durant le récit (en gros c’est plus un clin d’œil qu’autre chose).

Maintenant en faisant abstraction du jeu, il faut bien avouer que j’ai passé un bon moment. Tout d’abord en raison du soin apporté à la réalisation. Tsutsumi Yukihiko a déjà prouvé qu’il était capable de tout faire, et à nouveau il récite ses (video) gammes avec professionnalisme. Les décors ensuite, la plupart naturels, constituent une réussite absolue. Rappelant les petites îles lointaines de l’archipel d’Okinawa, l’île fictive de Yabi (Yabijima) dégage une ambiance tour à tour enchanteresse, étouffante et oppressante (lorsque les typhons se déchainent). L’histoire enfin, semble sans surprises mais recèle de savoureux moments qui vous déstabiliseront certainement (à défaut de vous effrayer).

Oli :

_________________________________________

Quick Review in English:

++ A good atmosphere
++ Good story (original, not really the adaptation of the story of one of the video games)
++ Magnificent natural sets
++ A good ending

— Not as scary as the video games
— Not enough details from the video games

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Drame, Fantastique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Siren, Tsutsumi Yukihiko (2006)

  1. Rick dit :

    Bien que fan des jeux survival horror, je n’ai jamais terminé le jeu Forbidden siren, à cause de sa difficulté, mais j’ai tout de même adoré l’ambiance, reprenant certains points d’autres jeux comme Resident evil et Silent hill pour essayer d’en faire quelque chose de nouveau, et d’extrêmement stressant, ce qui était réussit.

    Le film en lui même est une bonne surprise, mais souffrant malheureusement de nombreux défauts plutôt gênants. J’ai trouvé la scène d’ouverture excellente, reprenant bien l’ambiance des jeux. Puis toute la première partie du métrage prendra donc en quelque sorte le chemin de la normalité dans le village, limite de la facilité, en nous présentant ce qu’il s’y passe. Heureusement des choses étranges vont se produire, et on nous parlera du mystère de la fameuse sirène. Ouvertement éloignée du jeu de base, cette partie se révèle pourtant diablement efficace, non pas grâce au scénario, au départ sans surprise, mais grâce à la solide réalisation, tenant en haleine. Le réalisateur planifie son film au millimètre prés, et ne laisse rien au hasard dans ces plans, sa photographie. Les éclairages renforcent l’aspect des scènes ou des lieux que visitent Yuki et son petit frère, et les plans de caméras allient ce qui fait le succès des jeux de ce genre, avec plans fixes divers sur les personnages évoluant, plans mouvants, accélérés, filtres. Un très beau travail de mise en scène. La suite change quand la sirène retentit enfin.

    Forbidden siren prend alors l’allure du jeu vidéo, Yuki et son petit frère vont tenter de survivre dans cet univers hostile, où l’obscurité, les créatures, et la sirène, sont omniprésentes. Le spectateur est dans l’univers, qui ne le lâche pas, et le réalisateur se permet ainsi des clins d’œil au jeu vidéo, bienvenus. Mais c’est là que le scénario part de nouveau dans une nouvelle direction, tentant de rationnaliser l’histoire, et l’ensemble de l’œuvre.

    Le film reste tout de même techniquement parfait, le scénario se veut intelligent, mais le tout sombre dans un final mal venu, empêchant le film de s’élever à la place qu’il aurait pu avoir. Juste une honnête adaptation, un honnête divertissement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s