The Grudge 2, Shimizu Takashi (2006)


THE GRUDGE 2
Année : 2006
Genre : le pire Toshio contre attaque
Origine : USA
Production : Ghost House Pictures
Recyclé par : Shimizu Takashi
Avec : Amber Tamblyn, Edison Chen, Arielle Kebbel, Jennifer Beals, Teresa Palmer, Uno Misako, Sarah Michelle Gellar, Fuji Takako, Tanaka Ohga, Ishibashi Ryo, Kim Miyori


Trois écolières étrangères vivant au Japon, pénètrent pour s’amuser dans une maison soi-disant hantée…

Outre Atlantique, un drame effroyable se noue dans une famille à priori sans histoires…depuis qu’un mystérieux personnage a emménagé dans l’appartement voisin…

THE GRUDGE 2 est davantage la suite directe du premier THE GRUDGE américain, qu’un pur remake du film japonais JU-ON 2. En effet, la trame de l’histoire se détache ici souvent de son homologue japonaise, en déplaçant notamment l’une des trois intrigues principales aux États-Unis (oui, maintenant le petit Toshio se planque dans vos valises pour franchir les océans…).

Le principal reproche que l’on puisse faire à ce long métrage là, c’est que la recette de Shimizu est à présent complètement éculée : les règles du jeu on les connait par cœur, et les apparitions des fantômes, trop fréquentes, ne font plus peur. Souvenez-vous, il s’agissait déjà du principal défaut du film japonais JU-ON 2 : de trop nombreux esprits malins et frappés tuaient l’effroi. Ici il en va de même, et on ne sursaute même plus tant on se doute qu’à chaque scène un tant soit peu obscure, le petit Toshio ou sa maman vont apparaître subitement. D’ailleurs il s’agit sans doute là du seul suspense du film : deviner qui de l’enfant ou de la mère, va s’amuser à terrifier la prochaine victime…


Ci-dessus : une fausse blonde…j’en étais sûr !

Bien maigre enjeu que celui-ci…et ce n’est pas l’intrigue américaine (dont on devine toutes les ficelles quand on sait combien Shimizu aime jouer avec le temps) ni le retour sur l’enfance de Kayako (on nous l’avait jamais faite celle-là…) qui vont apporter du sang frais au moulin de nos chers esprits malins japonais… Et pour peu que vous connaissiez déjà par cœur les précédents films du réalisateur, vous ne pourrez que bailler d’ennui devant ces nombreuses scènes déjà présentes dans les téléfilms JU-ON tournés en 2000 par exemple (l’apparition de Toshio sur le bureau d’une école, le coup de la casserole…), et que Shimizu a ici dépoussiérées pour nous, modestes occidentaux.

A force de devoir subir ces multiples remakes, nous ju-on vraiment de malchance, car cette fois-ci ce sont bel et bien les spectateurs qui sont grudgés

Oli :

_________________________________________

Quick Review in English:

++ Well once again, it’s well directed by Shimizu
++ Good scenes…

— But we already know them!
— Too many ghosts, too many scary moments… Too much fears kill the fear

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Fantômes, Films non japonais, Horreur, Ju-on, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s