Chô kowai hanashi Episode 1, Kamei Tôru (2006)


CHÔ KOWAI HANASHI TV KANZEN EPISODE 1
超 怖い話 TV完全版 episode 1
Année : 2006
Genre : horror drama
Production : KBS Kyoto / Tvk / TVS / Chiba Television / Take Shobo
Réalisation : Kamei Tôru
Avec : Torii Kaori, Sugata Shun, Nomura Eri, Yamada Mame


Shigeo passe la plupart de son temps à traquer les histoires extraordinaires, auprès de gens à priori très ordinaires. A vouloir ainsi dénicher les démons qui hantent les maisons des autres, il en oublierait presque sa famille : sa femme, délaissée, a parfois un comportement étrange. Quant à sa fille, qui parle à une amie invisible, elle possède l’effroyable capacité de voir les revenants…

Il y a parfois des bonnes surprises auxquelles on ne s’attend pas. Si la plupart du temps des films ou séries de qualité moyenne suffisent à mon plaisir (coupable), je dois avouer que lorsque je tombe sur quelque chose qui sort de l’ordinaire ça fait quand même du bien.

Produite pour la télévision (d’après un livre du célèbre Hirayama Yumeaki), la série CHÔ KOWAI HANASHI est composée de trois épisodes (dont voici le premier), eux-mêmes découpés en quatre chapitres. On y retrouve une famille étrange en proie à des démons parfois effrayants (revenants, yôkai et autres joyeusetés), mais aussi à des tragédies plus terre à terre (le père qui délaisse sa femme pour vivre sa passion de journaliste amateur, la fille qui déprime…). En ouverture, nous avons aussi droit à une histoire très courte dont on ne connaitra le dénouement qu’à la toute fin de la série : un homme, encapuchonné, s’apprête à être exécuté. Très étrangement, il parait être d’avantage préoccupé par la lumière qui vacille que par sa propre mort à venir…

La série débute alors : un homme d’âge mûr, passionné par les histoires étranges, voyage à travers le Japon afin de recueillir les anecdotes et impressions de gens qui n’avaient jamais osé parler jusqu’à présent. Tout y passe ou presque : des histoires d’enfance (deux amis auraient aperçu une sorte de yôkai du nom d’Aokoso il y a plusieurs dizaines d’années…aujourd’hui l’un des deux amis est frappé de folie), des contes mettant en scène des fantômes classiques ou, et c’est plus original, une femme frappée par une malédiction étrange et qui sera tentée de s’automutiler pour faire disparaitre ces traces sanglantes qui creusent sa peau (scène choc à la clé !).

Ajoutez à cela des personnages bien écrits (le père obnubilé par ses histoires, Sara la fille schizophrène, qui a la capacité de voir les esprits, la mère au bord de la crise de nerfs…), une réalisation réussie (et doublée d’une photographie diablement inquiétante), et vous obtenez une série décalée plutôt originale notamment au niveau du rythme, assez lent, mais aussi au niveau des révélations, qui ne versent jamais trop dans le style théâtral : la fin est ainsi amenée toute en subtilité.

Cette série est donc une vraie réussite. Produite pour la télévision et réalisée par un technicien de qualité, en la personne de Kamei Tôru, CHÔ KOWAI HANASHI fait partie de ces expériences qui apportent indéniablement quelque chose comparé au reste de la production ambiante. A dire vrai…je ne sais pas si j’ai un jour vu mieux.

Oli :        
Yasuko :

La première scène en vidéo :

Une horrible malédiction :

Le making of du 1er épisode :

________________________________________

Quick Review in English:

+ One the best drama I have ever seen on the subject
+ The dialogues, the different stories, the different situations are REALLY scary
+ A climax you won’t forget
+ Several short stories, and everything will have sense at the end of the third DVD
+ Each story is very interesting (each DVD has 4 chapters – 4 stories)
+ Great actors
+ Many japanese legends presented with intelligence
+ Mutilations, ghosts, yokai…
+ From stories written by Hirayama Yumeaki

– The music of the intro (hard rock) doesn’t fit with this slow-paced drama

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Drame, Fantastique, Fantômes, Horreur, Télévision, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s