Orochi, Tsuruta Norio (2008)


OROCHI, aka Orochi – Blood
おろち
Année : 2008
Genre : cauchemars…en vœux-tu, en voilà
Production : Toei
Réalisation : Tsuruta Norio
Avec : Kimura Yoshino, Nakagoshi Noriko, Shimada Kyûsaku, Tanimura Mitsuki, Yamamoto Tarô, Ôshima Yôko


Une terrible malédiction frapperait toutes les femmes d’une même famille. Aoi et Lisa, deux sœurs, vont faire face à leur destin de manière bien différente…mais tout aussi torturée. La mystérieuse Orochi, qui semble ne jamais devoir vieillir, va alors faire irruption dans leur triste vie.

Réalisé par Tsuruta Norio (qu’on ne présente plus), OROCHI est  l’adaptation d’une légende japonaise (traitant d’un serpent à huit tête et de sacrifices féminins) et plus particulièrement de la version qu’en avait donné le célèbre Umezu Kazuo dans son manga (Orochi Blood). Difficile dès lors d’en dire beaucoup plus au sujet de la trame du film sans pour autant gâcher la plupart de ses effets et révélations. Sachez simplement qu’une malédiction est (semble-t-il) destinée à frapper toutes les femmes d’une même famille, qu’une mère prend un malin plaisir à faire souffrir l’une de ses deux filles et, qu’enfin, des secrets douloureux hantent les ombres du manoir familial…

Et Orochi dans tout ça ? Et bien dans le film de Tsuruta Norio, ce personnage épouse les formes de la toute jeune actrice Tanimura Mitsuki (que j’avais déjà trouvée toute mimi dans REAL ONIGOKKO). L’enigmatique Orochi va tout d’abord faire irruption dans le quotidien de Lisa et Aoi, alors enfants. Elle réapparaitra près de vingt années plus tard…sans avoir pris la moindre ride. Le film suit d’ailleurs ces deux parties distinctes : l’enfance des sœurs et le courroux que subit l’une d’elle de la part de sa mère, en proie à des crises de plus en plus fortes à mesure que l’intéressée se rapproche de son vingt-neuvième anniversaire… La deuxième partie du film s’attarde quant à elle sur la vie amoureuse et (surtout) torturée de Aoi et Lisa. Vivant toujours dans le manoir familial elles pensent détenir, chacune de leur coté, une part de la vérité. Qui manipule l’autre ? Qu’est devenue leur mère ? Pourquoi Orochi revient-elle dans cette demeure ? Pourquoi, enfin, l’une des deux sœurs est-elle devenue le portrait craché de sa mère ?

L’entretien du mystère familial et l’énigme autour de la personnalité de Orochi auraient pu suffire à maintenir le spectateur en haleine. Mais heureusement Tsuruta Norio ne se contente pas de cela et livre une jolie prestation technique. Il donne ainsi corps et âme à l’imposant manoir (aidé en cela par une magnifique photographie) et, s’il ne distille pas de réels moments de frousse, parvient malgré tout à installer une ambiance très pesante.

Âmes torturées, atmosphère fantastique, mutations, crises d’hystérie et doux rêves d’enfant qui se transforment en cauchemars d’adulte, oui OROCHI est définitivement l’une des bonnes surprises de cette fin d’année 2008 au Japon. Soeurise sur le gâteau, les trois actrices principales sont toutes magnifiques dans leurs rôles respectifs. Mention spéciale à Kimura Yoshino, extraordinaire en beauté du diable, dans une double interprétation de haut vol.

Oli :        
Yasuko :

_________________________________________

Quick Review in English:

+ An adaptation of the manga by Umezu Kazuo
+ A very good casting
+ Weird mysteries
+ A good atmosphere, you believe in the story and its strange characters

– The old mansion is maybe not creepy enough (especially when you know Umezu Kazuo)

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Drame, Fantastique, Horreur, Umezu Kazuo, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s