Genius Party, Watanabe Shinichirô, Kawamori Shôji… (2007)


GENIUS PARTY
ジーニアス・パーティ
Année : 2007
Genre : ni homme ni bus
Production : Studio 4°C
Réalisation : Fukushima Atsuko, Kawamori Shôji, Kimura Shinji, Fukuyama Yoji, Futamura Hideki, Yuasa Masaaki, Watanabe Shinichirô
Voix : Kaneda Tomoko, Kikuchi Rinko, Lu Ningjuan, Yabe Taro, Yagira Yûya


GENIUS PARTY, réalisé par Fukushima Atsuko
Des êtres étranges font naître des lumières à la surface de la terre…et les pierres sont aussi à la fête !

SHANGHAI DRAGON, réalisé par Kawamori Shôji
A Shanghai, un garçon met la main sur un stylo magique…en effet, chaque chose qu’il dessine devient réelle ! Ce qu’ignore le petit Chinois, c’est que des robots venus de l’autre bout de la galaxie souhaitent s’emparer dudit stylo. Et pour parvenir à leurs fins ils n’hésiteront pas à raser la ville…

DEATHTIC 4, réalisé par Kimura Shinji
Un monde étrange…des êtres bizarres. Un jour, sur le chemin de l’école, un jeune garçon trouve une grenouille, tombée du ciel. Alors qu’il souhaite l’aider à rentrer chez elle, une armée de petits bonshommes rouges en vélo va s’évertuer à lui compliquer la vie.

DOORBELL, réalisé par Fukuyama Yoji
Tandis qu’il rentre chez lui, un étudiant croise son double parfait…

LIMIT CYCLE, réalisé par Futamura Hideki
Réflexions sur l’homme et la machine dans un déluge d’expériences graphiques.

HAPPY MACHINE, réalisé par Yuasa Masaaki
Depuis que les robots censés s’occuper de lui sont tombés en panne, un bébé s’est mis en tête de parcourir le monde. Jusqu’où pourra-t-il bien aller ?

BABY BLUE, de Watanabe Shinichirô
Un étudiant donne rendez-vous à une jeune fille dont il est secrètement amoureux. Cette nuit, qui sera aussi la dernière qu’ils passeront en commun, ils la garderont toujours en mémoire…

Le projet GENIUS PARTY date de 2004. A l’époque, le Studio 4°C avait pour ambition de réunir une dizaine de courts-métrages ayant le temps comme thème principal. Les choses ont alors trainé en longueur, certains films sont passés à la trappe (dont celui du talentueux dessinateur français Nicolas de Crécy) et il a été décidé de diviser les projets en deux. Ainsi, une suite intitulée GENIUS PARTY BEYOND est sortie au Japon en octobre 2008.

Au final GENIUS PARTY comporte donc sept courts-métrages animés (en comptant l’introduction). Le point fort de GENIUS PARTY est également son point faible : difficile de trouver un réel dénominateur commun aux différentes œuvres ici proposées. Certaines sont très expérimentales, quand d’autres sont beaucoup plus classiques (action, SF ou romance d’adolescence). Bien évidemment un tel choix a le mérite de l’originalité, mais la confusion peut également être au rendez-vous…

Parmi ces courts expérimentaux, commençons donc par la grande réussite de ces films omnibus : DEATHTIC 4. Le spectateur se retrouve plongé dans un monde noir et baroque, qui n’est pas sans rappeler Tim Burton ou encore le dessinateur français Alfred (voir ses deux albums intitulés ABRAXAS). Réalisé par Kimura Shinji (préalablement chara-designer sur BATMAN GOTHAM KNIGHT), ce court est un pur concentré de bonheur et d’humour noir. Un jeune homme met ainsi la main sur une petite grenouille et souhaite la raccompagner chez elle (c’est à dire dans les nuages !). Plutôt logique quand on sait qu’au Japon «grenouille» et «rentrer» se prononcent de la même manière, et que ladite grenouille porte souvent bonheur quand on souhaite rentrer quelque part… Dans le court-métrage qui nous intéresse, le chemin du retour sera pourtant semé d’embuches : une armé de petits bonshommes rouges va en effet tenter de mettre la main sur le batracien… Course-poursuite de folie assurée !

Les courts-métrages à tendance expérimentale ça peut donc parfois être très intéressant. Le problème, c’est que lorsque l’on doit en enchainer trois ou quatre, on peut commencer à trouver le temps long… Dans GENIUS PARTY, entre l’intro qui m’a quelque peu échappé (heureusement la musique était sympa), HAPPY MACHINE qui est une sorte de parabole sur la vie d’un homme (quelques bons coups, dont la fin, mais un peu longuet tout cela) et surtout LIMIT CYCLE qui m’a paru sans queue ni tête, et bien il est parfois difficile de suivre sans céder à la tentation du bouton «avance rapide». Ainsi une œuvre bourrée de qualités et de bonnes intentions comme HAPPY MACHINE deviendra tout de suite moins digeste si vous l’attaquez après tous les films précités. Et c’est bien dommage.

Parmi les titres plus classiques, SHANGHAI DRAGON est sans nul doute celui qui met le plus le feu aux poudres. L’histoire tout d’abord, est drôle au possible : un petit Chinois trouve un stylo qui matérialise tous les dessins (faut-il y voir un clin d’œil amusé au «nandemo pen» de Doraemon ?). Après une intro qui ne paie pas de mine (de crayon), des extra-terrestres vont débarquer par centaines, des robots gigantesques vont affronter des androïdes surpuissants afin de mettre la main sur le stylo magique (en réalité un prototype). Shanghai va bien évidemment déguster…jusqu’à la chute finale absolument géniale. Techniquement ce segment souffre de personnages parfois trop sommaires, le réalisateur Kawamori Shôji ayant paru s’attarder plus longuement sur le design des vaisseaux et des machines plutôt que sur les traits humains (pas très étonnant quand on sait qu’il a travaillé sur quelques MACROSS). SHANGHAI DRAGON n’en demeure pas moins l’une des meilleures surprises de GENIUS PARTY.

Parmi les autres segments à ne pas manquer, citons le dernier : BABY BLUE, signé par l’une des stars de l’animation japonaise : Watanabe Shinichirô (COWBOY BEBOP, THE ANIMATRIX). Si le film est avant tout un régal pour les yeux (techniquement c’est proche de la perfection), l’histoire se permet aussi de surprendre très agréablement. D’une simplicité enfantine (normal me direz-vous, pour une histoire d’amour adolescent), Watanabe Shinichirô parvient à ancrer durablement son métrage dans l’inconscient des spectateurs grâce à une superbe (et assez inattendue) scène finale.
Je ne prends pas le temps de parler de DOORBELL, que je juge (arbitrairement) fortement dispensable. Cette variation sur le thème du doppelgänger n’est pas une réussite, que ce soit sur la forme (l’animation et le chara-design sont sans doute les moins bons de GENIUS PARTY), ou sur le fond (le récit ne décolle jamais).

En faisant abstraction des quelques courts-métrages trop expérimentaux pour passionner sur la durée, GENIUS PARTY parvient donc à divertir. L’ensemble me parait malgré tout trop inégal pour pouvoir parler d’une grandissime réussite. Heureusement quelques réalisateurs tirent leur épingle du jeu (Kimura Shinji en tête -oui, d’épingle). La palme de la simplicité revenant à Watanabe Shinichirô, qui se permet le luxe de signer l’un des plus jolis courts-métrages de GENIUS PARTY en s’appuyant pourtant sur l’histoire la plus banale (sur le papier).

Oli :        
Yasuko :

________________________________________

Quick Review in English:

+ The best of Studio 4°C
+ Originality and inventiveness
+ Action, comedy, romance, very weird tales: diversity is the main word !

– It could have been better with a common thread between the stories
– Please explain to me the meaning of LIMIT CYCLE…

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Anime, Comédie, Fantastique, Love Story, Science-Fiction, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s