Vampire Hunter D, Ashida Toyoo (1985)


VAMPIRE HUNTER D, aka Kyuketsuki Hunter D, aka D : Chasseur de vampires
吸血鬼ハンターD
Année : 1985
Genre : sang pour sang
Production : Ashi Productions / Movic
Réalisation : Ashida Toyoo
Voix : Shiozawa Kaneto, Kifuji Satoko, Tomizawa Michie, Katô Seizô, Kiyokawa Motomu, Muramatsu Yasuo, Nagai Ichirô, Otaki Shinya, Sakakibara Yoshiko, Yanaga Kazuko, Sogabe Kazuyuki


Moitié homme, moitié vampire, D est un chasseur impitoyable. Il traque les nobles et les puissants monstres de la nuit en vendant ses services au plus offrant.

Il se lance cette fois-ci sur les traces d’un puissant vampire âgé de plus de 10.000 ans. Celui-ci a marqué une jeune femme de ses crocs, et s’apprête à venir s’en emparer une bonne fois pour toutes, afin d’en faire sa sinistre épouse. Mais une sanglante reine des ombres, jalouse du traitement de faveur que le noble prévoit pour une simple humaine, officie secrètement la nuit…

Homme-vampire armé jusqu’aux dents, D va devoir lutter sur plusieurs fronts à la fois pour sauver l’innocente jeune femme. Trancher dans le vif, les chairs, prendre les risques les plus fous pour mener à bien sa mission éternelle : tel est le quotidien du plus surdoué des chasseurs du continent.

Comme beaucoup, j’ai d’abord découvert l’univers de D avec le magistral anime de Kawajiri, réalisé en 2000. Pourtant il y a eu un premier film, toujours adapté de l’univers crée par Kikuchi Hideyuki et toujours avec le terrible chara-design de Amano Yoshitaka. On retrouve donc les mêmes personnages, plus ou moins les mêmes enjeux et un récit assez linéaire mais qui n’en demeure pas moins passionnant : le background post-apocalyptique (mélangeant allègrement les idées baroques, les mutations post-nucléaires et le mythe des vampires) est en effet remarquable.

Réalisé en 1985 par Ashida Toyoo qui avait déjà à son actif des épisodes de la série HOKUTO NO KEN, VAMPIRE HUNTER souffre bien évidemment un peu du poids des ans. Pourtant si on prend le temps de le recadrer dans son époque, soit les années 80, on ne peut qu’apprécier la qualité technique de l’ensemble…même si, il faut bien le reconnaître, ce n’était pas tout à fait ce qui se faisait de mieux alors.


Ci-dessus : qui a dit que les vampires n’aimaient pas les saints ?

Alors certes, au petit jeu des comparaisons, la version de 1985 se fait battre à plate couture par celle de 2000 : beaucoup plus rythmée, beaucoup plus folle au niveau des graphismes et de l’animation, le VAMPIRE HUNTER de Kawajiri est, et restera, un monument du film d’animation. La version de 1985 n’en tire pas moins son épingle du jeu. Le personnage de D est bien évidemment très charismatique, les mutants, vampires et autres loups-garous constituent également un bestiaire très réussi, le matériau de base crée par Kikuchi Hideyuki n’est donc pas trahi, loin de là. L’univers retranscrit dans VAMPIRE HUNTER D (1985) est donc tout à fait fidèle et hyper immersif, tant il est jouissif de suivre D dans ses aventures ensanglantées, luttant tour à tour contre les monstres les plus fous, les pièges les plus vicieux ou encore les éléments déchainés (le froid et ses vents pires...).

VAMPIRE HUNTER demeure par conséquent tout à fait incontournable pour tous les fans de monstres et d’action. Si le rythme est malgré tout parfois un peu haché, le personnage de D et le gothique et si sanglant univers qui l’accompagne devraient combler toutes vos attentes.

Oli :

_________________________________________

Quick Review in English:

+ Great background: post-apo, legends, monsters, ultra-violence…
+ Not to be missed

– Not the most beautiful animated movie, even for the 80’s
– Everyone seemed to have forgotten this movie because of the Kawajiri’s version

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Anime, Aventure, Fantastique, Gore, Oldies, Science-Fiction, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s