Aihyôka: Gun-kyu, Kanemaru Yûichi (2008)


AIHYÔKA : GUN-KYU, aka Aihyôka 3
哀憑歌 GUN-KYU
Année : 2008
Genre : spectateur pigeonné
Production : Museum
Réalisation : Kanemaru Yûichi
Avec : Komatsu Chiharu, Ikeuchi Hiroyuki, Ishikawa Saaya, Kinoshita Ayumi, Koga Mitsuki, Machida Shion, Nagakura Daisuke, Nishina Masaki, Saitô Yôsuke, Satô Makoto, Tabata Tomoko, Tatsumi Keita, Toda Naho, Yamada Tatsuo, Yoshino Sayaka


Une professeure d’université spécialisée dans l’étude des animaux marins se sent persécutée par de curieux volatiles… Après avoir retrouvé des kilos de fientes sur sa voiture, l’intéressée basculera dans la paranoïa la plus totale. Se pourrait-il, effectivement, que les pigeons de la ville en aient après sa vie !?

Sans aller jusqu’à espérer un honnête remake des OISEAUX d’Alfred Hitchcock (surtout quand on connait l’historique de l’éditeur Museum) on se dit quand même qu’avec un tel pitch et les promesses d’une série B (voire Z) qui ne se prend pas au sérieux on a toutes les chances de passer un moment divertissant.

Et bien en fait non.

Navrant de bout en bout, GUN-KYU n’arrive même pas à la cheville du précédent film de la série fantastique animalière AIHYÔKA (NU-MERI), qui était pourtant déjà bien navrant dans son genre… Oui mais bon, dans NU-MERI il y avait quand même des fruits de mer vicieux et des filles sexy tandis que GUN-KYU ne propose rien de tout cela… L’héroïne est en effet plutôt quelconque (Komatsu Chiharu est une idole sur le retour) et les scènes délirantes sont tout simplement…inexistantes !


Ci-dessus : un film pareil, c’est un cou-cou bas pour le spectateur

Dans GUN-KYU, il ne se passe en effet rien de rien…et on comprend bien vite que les quelques moments plus ou moins choquants ne sont que de la poudre aux yeux, l’artifice ne tenant pas bien longtemps… J’y ai pourtant cru l’espace de quelques instants, notamment lorsque Komatsu Chiharu doit faire face à une pluie de fientes bien fraiches dans les couloirs de sa sombre université. Hélas dix secondes plus tard elle se réveille et on comprend qu’il ne s’agit que d’un cauchemar…

GUN-KYU fait donc suite à NU-MERI et CHI-MANAKO. On retrouve d’ailleurs quelques personnages des précédents films, qui avaient pourtant été refroidis par des algues et autres coquillages tueurs. Oh et après tout pourquoi pas, on peut toujours accorder à GUN-KYU le bénéfice du doute et lui concéder qu’il se déroule avant NU-MERI et CHI-MANAKO. Ce qu’on ne peut pas lui pardonner, par contre, c’est bien son absence d’enjeux, de rythme, de fun, de fesses bien rebondies ou encore de vraies pigeons vengeurs (le film se vend quand même là-dessus !).

En bref si vous apercevez ce DVD, faites donc comme le pigeon : voyagez ailleurs !

Oli :        
Yasuko :

________________________________________

Quick Review in English:

+ A woman attacked by fresh pigeon’s shits!

– Once again in this franchise (AIHYÔKA), nothing really happens
– Only one gore scene, and no terror at all
– The shits coming from the sky, well it’s a good idea. The only one

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Horreur, V-Cinema, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s