Rinne, Shimizu Takashi (2005)


RINNE, aka Reincarnation
輪廻
Année : 2005
Genre : flash dark
Production : Toho / Oz Company / TBS
Réalisation : Shimizu Takashi
Avec : Yûka, Karina, Shiina Kippei, Sugimoto Tetta, Oguri Shun, Matsumoto Marika, Koichi Mantarô, Haruta Atsushi, Sanjo Miki, Sasaki Mao, Itô Hiroto, Fuji Takako, Furuya Yasutoki, Mochizuki Tomoko, Okazaki Hiroshi, Kurosawa Kiyoshi


Sugiura est engagée pour jouer le rôle titre d’un film d’horreur : elle incarnera une jeune femme, violemment assassinée par son père dans un hôtel isolé au sein de la montagne.
La jolie Sugiura va rapidement apprendre que l’histoire s’inspire d’un fait divers réel qui avait fait onze victimes, il y a plus de trente ans de cela. Sugiura va alors perdre pied. En effet après avoir reçu le script du long métrage, des évènements étranges vont envahir son quotidien…évènements qui vont se multiplier lorsque le réalisateur demandera à toute l’équipe du film de se rendre dans l’hôtel maudit, aujourd’hui complètement abandonné…

Le Pape de l’épouvante, l’Ayatollah du frisson, l’Elvis Presley du pipi du stress signait son retour au Japon en 2005 après un premier THE GRUDGE américain. Shimizu Takashi remettait donc le couvert avec -encore- un film d’épouvante (et non, il n’a peur de rinne…).
REINCARNATION ne fait pourtant pas exploser le trouillomètre à des degrés stratosphériques : le long-métrage met un peu de temps à se mettre en place, des intrigues se tissent en parallèle et on ne sait pas toujours où l’on met les pieds. Le récit est certes moins alambiqué que la série JU-ON, mais il réserve son lot de bonnes petites surprises et la chute est plutôt bien amenée.

Avec cette histoire d’apparitions et de mari tueur prenant place au sein d’un hôtel isolé, on pense inévitablement à SHINING. Il s’agit sans aucun doute d’une vague inspiration, peut-être même d’un clin d’œil délibéré, en tout état de cause le film de Shimizu ne pompe pas allègrement le chef d’œuvre de Kubrick, mais se contente d’en reprendre le climax général. Et c’est plutôt bien vu.

L’ambiance est donc réussie, on sursaute à plusieurs reprises, il y a quelques bons coups mais…également de moins bons. Sur la fin, quelques scènes sont en effet à deux doigts de sombrer dans le grotesque mais heureusement, grâce au talent de Shimizu, ça passe de justesse. Filmé par un autre, on se serait sans doute rapproché de la correctionnelle…mais le Japonais est décidément passé maître en la matière. Il joue d’ailleurs ici sur plusieurs tons différents puisque la plupart du temps on ignore si on est face à un film de fantômes, de morts-vivants, de possession ou…de réincarnation. La multiplication des genres (qui est en fait un savant brouillage de pistes) pourra dérouter ou enchanter, c’est selon. Pour ma part, je dois avouer avoir été quelque peu gêné par certaines scènes clés (les protagonistes réunis dans l’hôtel à la fin), alors que d’autres m’ont vraiment plu (la chute finale, le design de la poupée, les différentes intrigues qui se superposent…).

Malgré ses défauts, REINCARNATION demeure donc un divertissement horrifique de qualité, bien supérieur à la moyenne des autres films du même genre. Enfin et juste pour l’anecdote, on peut noter un cameo du réalisateur Kurosawa Kiyoshi dans le rôle d’un professeur ainsi que la présence de l’inévitable Fuji Takako en femme de chambre (le spectre de la saga JU-ON, c’est elle).

Oli :

________________________________________

Quick Review in English:

+ Shimizu Takashi knows how to scare an audience
+ A few good surprises in the story
+ An interesting main mystery (is it all about ghosts, reincarnation, a curse…?)
+ Did you just say SHINING!?

– One or two scenes could have been really ridiculous…without Shimizu

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Fantômes, Horreur, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s