Kuchisake onna Ø: Beginning, Kodama Kazuto (2008)


KUCHISAKE ONNA Ø: BEGINNING, aka The Slit-Mouthed Woman 0: The Beginning
口裂け女 Ø ~ビギニング
Année : 2008
Genre : rouge aux lèvres
Production : Japan Sky Way / Broadway
Réalisation : Kodama Kazuto
Avec : Endô Mai, Oriyama Miyu, Yanagi Yûrei, Shinagawa Tôru, Igarashi Mochihito, Koyasumi Akira


La jeune Misato peine à survivre après un sérieux traumatisme facial. Et pourtant, après opération, son visage ne gardera aucune séquelle du drame… Sa grande sœur tentera bien de la protéger par tous les moyens, mais elle ne pourra rien face aux multiples meurtres qui vont survenir, ni contre cette ombre étrange qui va se mettre à rôder…comme un spectre…de la tristement légendaire femme défigurée.

Le titre de ce nouveau film dédié à la légende urbaine de la femme défigurée est plutôt racoleur puisqu’il nous promet de dire toute la vérité sur les origines de la célèbre dame. Pour toute vérité, KUCHISAKE ONNA BEGINNING se contente en fait de nous livrer sa version de l’histoire avec une révélation abracadabrantesque à la fin du récit, en occultant le fait que cette légende trouve en réalité ses origines dans des contes japonais vieux de plusieurs siècles…

Mais finalement peu importe, puisque si on ne tique pas sur quelques détails un brin ridicules, il faut bien avouer que l’on passe vraiment un bon moment devant cet énième épisode de « l’étripeuse » aux lèvres déchiquetées. Tout d’abord la réalisation est classique mais efficace, le gore n’inonde pas l’écran mais demeure bien présent à des moments clés du récit, les actrices principales s’en sortent parfaitement et l’histoire (hormis donc cette petite révélation finale un peu grotesque) tient tout le temps en (mauvaise) haleine (rapport à la faible hygiène dentaire de la Kuchisake onna).


Ci-dessus : le regard qui tue…avec l’arme à l’œil

A dire vrai, il s’agit sans doute ici de l’un des meilleurs films sortis ces dernières années sur le sujet. Le réalisateur sait doser ses effets et le doute subsiste assez longtemps durant le récit : la jeune Misato est-elle possédée, une ancienne Kuchisake onna s’est-elle relevée de sa tombe, tout cela n’est-il que le fruit d’une imagination torturée ?

Au final KUCHISAKE ONNA Ø: BEGINNING est une jolie petite réussite dans un genre qui compte énormément d’échecs. Tout juste pourra-t-on regretter un petit rebondissement inutile en forme de flashback forcé, ainsi que le poster du film qui est une pâle copie du mauvais film sud-coréen intitulé 2 SŒURS.

Oli :

_________________________________________

Quick Review in English:

+ A good variation about the Kuchisake onna thema
+ Tense atmosphere
+ Good actresses, good story: good movie, with a few good violent scenes

– The final flashback is the worst idea of the movie
– The movie’s poster is the copy of the (bad) Korean movie 2 SISTERS

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Horreur, Kuchisake onna, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s