Rasen, Iida Jôji (1998)


RASEN, aka The Spiral, aka Ring 2 The Spiral
らせん
Année : 1998
Genre : la spirale de l’ennui
Production : Omega Project / Kadokawa Video
Réalisation : Iida Jôji
Avec : Sato Koichi, Nakatani Miki, Saeki Hinako, Tsurumi Shingo, Sanada Hiroyuki, Matsushige Yutaka, Okada Tomohiro, Matsushima Nanako, Suzuki Kôji


Alors que Takayama Ryuji vient de décéder dans d’étranges circonstances, Ando Mitsuo, un ancien collègue, est chargé de son autopsie. Celui-ci va trouver un étrange message codé, enfoui au sein même du cadavre. Mai, l’ancienne assistante de Ryuji, va elle aussi bientôt être confrontée à la malédiction de Sadako…qui semble à présent épouser la forme d’un virus mortel.

RASEN est sorti en même temps que RINGU au Japon, et était censé adapter le deuxième livre de Suzuki Kôji. Mais tandis que RINGU faisait un carton, RASEN sombrait petit à petit dans l’oubli. Le long métrage intitulé RINGU 2 est donc sorti un an après afin de rattraper l’échec de RASEN. RINGU 2 prendra alors ses distances avec l’univers de Suzuki Kôji, et Nakata Hideo livrera un film honorable malgré un final très discutable.

RASEN est donc basé sur le même univers littéraire que le premier film. Hélas, si les livres constituent un point commun indiscutable entre les deux œuvres ciné, les spectateurs ont perdu en chemin le scénariste Takahashi Hiroshi, le réalisateur Nakata Hideo et le compositeur Kawai Kenji. Si le casting demeure quasiment identique, l’histoire prend elle un tournant vraiment différent en mariant la malédiction de Sadako avec un virus classique. Sadako elle-même est ici présentée sous un angle nouveau : elle est belle, sexy, et nous avons même droit à deux ou trois scènes de sexe complètement hors de propos (RINGU se serait transformé en cercle…vicieux).

Si le livre servant de matériau de base au film de Iija Jôji a plutôt bonne réputation, le portage sur grand écran peine vraiment à passionner. De plus la rupture de ton est totale entre les deux films de 1998 : Sadako n’a plus rien à voir avec le spectre du film de Nakata Hideo, et le thème du virus donne l’impression d’assister au dénouement d’une saga différente de celle initiée par RINGU. Les bonnes idées ne sont pourtant pas en reste, dans RASEN. La Sadako virale (elle court elle court la maladie d’amore) et les thèses sur l’ADN portent le mythe des esprits vengeurs dans des directions rarement explorées jusqu’alors (la vidéo n’est plus le seul vecteur du Mal).

Hélas, ce qui a semble-t-il fonctionné avec le livre, échoue presque totalement avec le film. La preuve qu’une adaptation assez fidèle d’un support littéraire n’est pas toujours le meilleur cadeau à faire à un public de cinéma. Ajoutez à cela une réalisation anonyme (le film ne dégage rien, aucune scène n’impressionne et le montage laisse à désirer) ainsi qu’une bande-originale transparente, et vous obtenez un film qui faisait partie de la mythologie RING à part entière, mais qui a plus ou moins officiellement disparu de la circulation…et de la mémoire collective de la population !

Oli :        
Yasuko :

_________________________________________

Quick Review in English:

+ It’s the real, and first sequel of RINGU, released in theaters at the same time
+ Good ideas (virus, genetic…)

– The new face of Sadako (a sexy one) is too different from RINGU
– Not really a scary movie
– In one word? Boring…
– You will miss Nakata Hideo and Kawai Kenji
– Such a failure at the box office that the producers will remake the movie

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Fantômes, Horreur, Ringu, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Rasen, Iida Jôji (1998)

  1. Michix dit :

    Je n’ai pas un point de vue si sévère sur Rasen. C’est vrai qu’une bonne partie des critiques est méritée : ambiance longue, sans véritables moments effrayants, histoire qui semble prendre un tournant complètement différent de Ring 1 , bande-son ultra-synthétique très loin des superbes thèmes minimalistes de Kenji Kawai…
    Et pourtant … Rasen n’est peut-être pas si éloigné de Ring : dans Ring on découvre la malédiction de Sadako et dans Rasen on explore les véritables intentions de cette dernière. Dans la fameuse scène à la fin de Ring quand Riyuji Takayama est tué par Sadako, si il est paralysé au point d’être incapable de fuir et de se traîner par terre ce n’est peut-être pas par peur (il a le réflexe de prendre le téléphone donc la peur ne le paralyse pas) mais à cause des premiers effets du virus mortel. Ces premiers effets qu’il sent peuvent expliquer pourquoi il s’écrie « J’ai compris ».
    De même quand Reiko Asakawa à la fin de Ring croît que le moyen de conjurer la malédiction est de montrer la K7 vidéo à d’autres personnes elle est bernée par Sadako qui l’encourage en fait à propager son virus mortel.
    Concernant la Sadako de Rasen, je ne l’ai pas trouvé spécialement belle et sexy mais plutôt malsaine, la sexualité permettant d’évoquer la propagation du virus mortel (Mai Takano en faisant l’amère expérience).
    Rasen offre une histoire cohérente, avec une ambiance originale mêlant fantastique et policier. Et comme vous dites « les thèses sur l’ADN portent le mythe des esprits vengeurs dans des directions rarement explorées jusqu’alors ». Si il n’y a pas de véritables moments effrayants c’est aussi parce que la malédiction de Sadako est maintenant connue. Au lieu de tourner en rond à répéter les moments effrayants de Ring, on part dans une atmosphère d’enquête, le tout dans une ambiance sombre et pessimiste là aussi conformément à ce que la fin de Ring évoquait.
    Bref, pour toutes ces raisons je préfère largement Rasen à Ring 2 et je trouve que Rasen a peut-être été un peu injustement oublié. Si il avait été réalisé et diffusé non pas en même temps que Ring mais un moment après le succès aurait peut-être été au rendez-vous.
    Je rêve parfois d’une réédition DVD qui rassemblerait non pas Ring, Ring 2 et Ring 0 Birthday mais Ring et Rasen (mais je crois que je rêve vraiment)

    • Oli dit :

      Merci pour ce contre-avis très construit. Mais pas si « contre » que ça finalement…je suis seulement un peu plus dur… C’était quand même un vrai suicide commercial que de sortir ce film dans ces conditions.

      • Michix dit :

        Tout à fait : sortir une suite dans ces conditions était commercialement du suicide. Je sais qu’en 1999 parallèlement à la saga cinématographique étaient sortis Ring et Rasen en version dorama : je ne les ai pas vus et ne sait absolument pas ce qu’ils valent

    • Oli dit :

      Amateur de Suzuki Kôji ? Il devrait signer l’histoire (originale) du prochain film dédié à Sadako…en 3D. Sortie prévue en 2012 (source : http://jhmd.jp/wordpress/?p=175 )

      • Michix dit :

        Excellente nouvelle : le fait que l’histoire originale soit signée Koji Suzuki laisse espérer un scénario cohérent et proche de l’oeuvre littéraire originale. Verra-t-on dans la foulée l’adaptation cinématographique de Rasen et de la Boucle ?
        J’avoue que le fait que le film soit réalisé en 3D me laisse un peu perplexe : autant la 3D se justifie et peut apporter un gros plus à des films à effets spéciaux comme Avatar ou Tron autant pour Ring je n’en voie pas vraiment l’intérêt.
        Attendons donc cette Sadako 3D avec impatience.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s