Akanbô Shôjo, Yamaguchi Yûdai (2008)


AKANBÔ SHÔJO, aka Tamami: The Baby’s Curse
赤んぼ少女
Année : 2008
Genre : grotesque nerveuse
Production : King Record Co. / Star Child
Réalisation : Yamaguchi Yûdai
Avec : Mizusawa Nako, Noguchi Goro, Saitô Takumi, Horibe Keisuke, Itao Itsuji, Asami, Ikuta Etsuko, Asano Atsuko, Teru


1960. Le directeur d’un orphelinat accompagne la jeune Yoko jusque dans le manoir des Nanjo. Le chef de cette famille a en effet reconnu en Yoko sa fille perdue il y a près de 15 ans, durant la guerre. Sur place, le directeur sera surpris de trouver une demeure obscure, peuplée par des ombres étranges… Il décidera malgré tout d’y abandonner la petite Yoko, tout en précisant à cette dernière qu’elle pouvait l’appeler si quelque chose devait mal se passer.

Et les horreurs ne vont pas tarder. Car si la mère de famille chérit visiblement un simple ours en peluche depuis qu’elle a perdu sa fille Tamami, il semblerait bien que quelqu’un, ou quelque chose, déambule vraiment dans les couloirs du manoir une fois la nuit venue… Un bébé ? Une monstruosité ? Ou un secret plus inavouable encore ?

Sorti à peu près au même moment que le très joli OROCHI, AKANBÔ SHÔJO a pourtant fait moins de bruit. Et pourtant, les deux titres adaptent des œuvres du génial Umezu Kazuo, mais dans un style un peu différent, il est vrai. Si OROCHI tablait d’avantage sur une ambiance pesante en évitant soigneusement les scènes vraiment chocs, AKANBÔ SHÔJO joue à fond la carte « Umezu Kazuo » en alternant l’épouvante (oui le film fout parfois les rejetons), le gore et…même quelques scènes plus touchantes.

Ne cherchez donc pas votre bonheur plus loin : dans AKANBÔ SHÔJO on ne s’ennuie pas une seule seconde et les bonnes surprises horribles s’accumulent à vitesse grand V. Certes les effets spéciaux ne sont pas dignes d’un vrai film à grand spectacle, mais ceux-ci ne font aucunement tâche dans un ensemble qui part dans toutes les directions à la fois, qui frise le ridicule (souvent) mais qui est sauvé par son coté grotesque complètement assumé et qui va comme un gore au mangaka Umezu Kazuo.

Si vous ne connaissez pas le manga original, je vous déconseille de visionner la bande annonce. AKANBÔ SHÔJO réserve en effet quelques bonnes petites surprises et, même si on anticipe énormément d’évènements, leur mise en situation étonne le plus souvent (sans trop en dévoiler, certains passages m’ont presque rappelé les meilleurs moments de la série CHUCKY !).

Un spectacle à la fois fun, effrayant et sanglant, emballé par un réalisateur de qualité (Yamaguchi Yûdai ayant déjà adapté Umezu Kazuo au cinéma) qui était ici assisté par le bricoleur fou Nishimura Yoshihiro : j’en suis resté bouche bée-bé.

Oli :        
Yasuko :

___________________________________________

Quick Review in English:

+ Adapted from a manga by Kazuo, that movie came almost at the same time as OROCHI
+ Fun, a little scary, very grotesque and gore: a great movie
+ You can guess most of the mysteries, but the way they happen may surprise you
+ A few scenes remind me the best parts of the CHUCKY saga!

– Don’t expect the special effects you usually can see in big budget movies

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Gore, Horreur, Umezu Kazuo, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s