Aru tabibito no nikki, Katô Kunio (2004)


ARU TABIBITO NO NIKKI, aka The Diary of Tortov Roddle
或る旅人の日記
Année : 2004
Genre : le voyageur arrivera à bon porc
Production : Robot Communications
Réalisation : Katô Kunio


Tortov Roddle parcoure les terres de Tortaria sur le dos de son fidèle cochon. Durant son périple, il croisera un village construit sur une tortue géante, des lapins égarés dans un tramway volant, ou encore un poisson nageant négligemment dans sa tasse de café…

Auréolé de l’Oscar du meilleur court métrage d’animation en 2009 pour TSUMIKI NO IE, Katô Kunio voit enfin son travail récompensé et distribué de manière significative. ARU TABIBITO NO NIKKI a ainsi été réalisé en 2004, mais ne sortira qu’en avril 2009 dans des conditions décentes au Japon (la première édition du DVD était passée assez inaperçue).

Composé de plusieurs scènettes qui forment un ensemble de 15 minutes environ, ARU TABIBITO NO NIKKI est un pure conte de fée à la simplicité enfantine, dans un style visuel faussement rétro mais résolument merveilleux.

Les pérégrinations de Tortov Roddle sont en effet un pur bonheur pour le spectateur. Tortov ne voyage peut-être pas en voiture mais à dos de cochon, et pourtant il a bien fait le plein des sens, tant les nôtres s’en retrouvent bouleversés par cette douce déferlante de rêve et de magie. ARU TABIBITO NO NIKKI devrait presque être remboursé par la Sécurité Sociale et être diffusé aux travailleurs stressés en mal de bien…

A noter que, sur le DVD disponible au Japon, divers travaux de Katô Kunio sont également proposés, notamment THE APPLE INCIDENT (2001) et FANTASY MY LITTLE LOVER web オリジナルアニメーション (2003).

Oli :        
Yasuko :

_________________________________________

Quick Review in English:

+ A few years before his Oscar, Katô Kunio was already a great storyteller
+ Simple animations, but with magic inside
+ If you want to forget your daywork, this is the perfect medication
+ So quiet…so beautiful…like a dream

– It’s too short (less than 18 minutes…)

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Anime, Fantastique, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s