Yomu to shinu: Death Comic, Fukuda Korehisa et Tajiri Yuji (2009)


YOMU TO SHINU: DEATH COMIC, aka Deat Comic, aka Death Comic Part 1
ヨムトシヌ DEATH COMIC
Année : 2009
Genre : death comic de situation
Production : Death Comic Partners / Ace Deuce Group
Réalisation : Fukuda Korehisa et Tajiri Yuji
Avec : Ai, Saaya, Tsugihara Kana, Matsushima Hatsune, Nagasawa Nao, Morishita Yuri, Itagaki Azusa, Okada Mayuka, Shimizu Akihiro, Matsui Ryôko, Sato Haruhiko, Okada Rune, Kidate Ryoko, Oota Shion, Kawamura Hiroyuki


Après avoir trouvé puis lu un étrange manga à la couverture rouge dans un internet café, une lycéenne va revivre dans la réalité les scènes ainsi dessinées…jusqu’à sa mort tragique. Deux jeunes filles, Shizuka et Ryoko, vont mener l’enquête…et les cadavres ne vont pas tarder à s’accumuler.

DEATH COMIC nous conte une légende urbaine bien geek comme il faut, à base de manga maudit dont les pages changeraient suivant le lecteur, et qui annonceraient le futur proche de ce dernier. Futur dont la conclusion, inéluctable, mènerait au booth 44 d’un internet café à la sinistre réputation. Le 44 n’a d’ailleurs pas été choisi au hasard, puisque le nombre 4 est synonyme de malchance, voire même de mort au Japon (en japonais « 4 » -shi- se prononce exactement comme le mot « mort »). On évite ainsi parfois d’utiliser ce nombre sur des numéros de série, dans des parkings…et il n’est pas surprenant, aujourd’hui encore, que cliniques et hôpitaux ne comportent aucune chambre 4.

En plus de proposer une légende urbaine sympathique surfant quelque peu sur le phénomène DEATH NOTE, DEATH COMIC a donc comme redoutable atout de baigner dans une certaine sous-culture japonaise qui ravira les amateurs éclairés : Internet café, manga kissa, host clubs, maid café… Ajoutez à cela des meurtres assez originaux à base de fils et d’épingles aiguisées, des mystères à répétition (qui est la jeune mangaka, les héroïnes dissimulent-elles quelque chose, pourquoi un spectre étrange frappe-t-il à l’aide d’un manga rouge…?) et vous obtenez un très bon matériau de départ, rehaussé par un casting de gravure idols de choc et de charme. D’ailleurs il y en a tellement que je ne peux pas toutes les citer (une pensée émue -et mouillée- pour la petite Saaya qui accumule les petits films d’horreur sympathiques, la bombe Morishita Yuri et pour Okada Mayuka déjà vue matée dans le génialement décérébré  BEACH VOLLEYBALL DETECTIVE).


Ci-dessus : non toutes les Japonaises n’ont pas le feu au Shinjuku

Hélas…c’est une petite déception : malgré ce casting à fort potentiel « visuel », DEATH COMIC n’est pour ainsi dire jamais sexy. Et alors je vous le demande : à quoi bon réunir une dizaine de gravure idols si c’est pour simplement leur demander de jouer la comédie (domaine dans lequel elles n’excellent pas, en général) ?

Les mauvais points (de suture) ne s’arrêtent pas là : la réalisation se révèle tellement plate qu’elle dédramatise toutes les situations surnaturelles et autres apparitions diaboliques. Le film prête alors plus à sourire qu’à autre chose, et après tout…c’est peut-être voulu. Envisagé sous cet angle là, DEATH COMIC pourrait alors bien divertir le spectateur bien conscient de ce qu’il est venu chercher…sauf que l’ensemble est un peu trop long…et que tout se termine en queue de poisson puisqu’il faudra voir (ou subir, c’est selon) la seconde partie pour connaître le dénouement.

Oli :

_________________________________________

Quick Review in English:

+ A good start for the story line: strange murders with red thread and a needle
+ I like this sub-japanese culture: maid cafe, manga kissa, internet cafe, host clubs…
+ Many mysteries
+ So many gravure idols!

– It’s directed like a little drama
– So many idols…but NO sexy scenes AT ALL!
– Not scary at all…

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Fantômes, Horreur, V-Cinema, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s