Umezu Kazuo: Kyôfu gekijô – Madara no shôjo, Iguchi Noboru (2005)


UMEZU KAZUO: KYÔFU GEKIJÔ – MADARA NO SHÔJO, aka Umezu Kazuo’s Horror Theater: The Harlequin Girl
楳図かずお恐怖劇場 – まだらの少女
Année : 2005
Genre : serpent teen
Production : Eisei Gekijo / Shochiku
Réalisation : Iguchi Noboru
Avec : Nakamura Arisa, Narumi Ruriko, Shimada Kyusaku, Tanaka Minako, Nakahara Shôko, Suzuki Riko


La toute jeune Yumiko se rend quelques jours à la campagne chez son amie Kyoko. Après un accueil très froid de la part des villageois, les deux petites filles vont se décider à s’amuser un peu, en pénétrant dans une maison à la triste réputation…une femme serpent y séjournerait en effet depuis des années !

Parmi les titres réalisés pour le cinquantième anniversaire des débuts du mangaka Umezu Kazuo, MADARA NO SHÔJO est l’un des plus décevants. Si les superbes décors naturels apportent un vrai cachet à l’ensemble, tout cela est filmé avec tellement de paresse qu’il est bien difficile de plonger vraiment dans l’intrigue. Iguchi Noboru se contente en effet du strict minimum, et le montage assez catastrophique, les apparitions maléfiques d’une mollesse incroyable (à croire que la caméra de Iguchi pesait 20 tonnes), les diverses longueurs dans le récit et enfin les énormes maladresses des deux jeunes actrices (c’était au réalisateur d’encadrer deux enfants qui ne savaient pas jouer la comédie), et bien on se retrouve au final avec un film difficile à voir d’une seule traite.


Ci-dessus : la ramen pas trop, espèce de nouille ! (mais udon va-t-il chercher tout ça ?)

Après, vous allez me dire qu’un moyen métrage avec un monstre en plastique super mal fait, quelques mystères pas piqués des vers (Umezu’s touch), de jolis décors naturels et deux gamines croquignolettes comme tout, ça se laisse voir. Et vous aurez raison…encore faut-il pouvoir être suffisamment indulgent.

Oli :        
Yasuko :

_________________________________________

Quick Review in English:

+ Cute young actresses
+ Beautiful natural sets and a snake in plastic

– Iguchi Noboru did not make any efforts: the filmmaking is awful
– Not so interesting
– The young girls are cute but they don’t know how to act

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Horreur, Umezu Kazuo, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s