Nihonichi Kowai Hanashi Series – Gakko, Hayashida Kouji (2009)


NIHONICHI KOWAI HANASHI SERIES – GAKKO
学校 日本一怖い話シリーズ
Année : 2009
Genre : spectateur en droit de demander des contes
Production : Ace Deuce Group
Réalisation : Hayashida Kouji
Avec : Mochizuki Kaoru, Amakawa Hikaru, Kita Kazuki, Shimono Hiroyuki, Takeda Miho, Doshita Tomoe, Nakano Tomoe, Nashida Izumi, Tamura Megumi


Trois histoires de revenants ayant pour thème l’école…le tout conté par une narratrice sur fond d’images reconstituant les scènes chocs du récit…

Les « kowai hanashi » (ou histoires effrayantes) sont un genre à part entière au Japon. Il existe plusieurs manières d’adapter de tels récits, et parfois il s’agit seulement d’un narrateur apparaissant à l’écran (il arrive qu’il n’y ait aucune illustration). Si quelques narrateurs sont ultra doués et sont désormais des stars à part entière au Japon, des séries Z très cheap cherchant à jouer dans la même catégorie se comptent aussi par dizaines. Et je dois avouer être tombé sur un assez mauvais numéro avec ce premier volume des NIHONICHI KOWAI HANASHI SERIES ayant pour thème les écoles hantées.

Les histoires ne sont pourtant pas mauvaises : la première met en scène un jeune couple décidé à visiter une vieille école la nuit (il s’agirait d’un « shinde spot » -dead spot). La deuxième raconte la descente aux enfers d’une écolière après la disparition du garçon dont elle était amoureuse : depuis qu’elle est seule, elle ne se sépare plus du carnet de croquis du défunt… La troisième et dernière histoire nous propose enfin de suivre la vie malheureuse que devra mener un étudiant depuis que sa petite amie s’est suicidée.


Ci-dessus : sale temps pour elle, qui rêve qu’il pleut des cordes

Des idées parfaitement louables et un fil rouge intéressant (les écoles figurant parmi les lieux les plus effrayants du folklore japonais), hélas ça ne suffit pas à tous les coups. Tout d’abord la dame qui raconte les histoires semble s’ennuyer à mourir (c’est une narratriste), et les scènes qui doivent illustrer l’ensemble paraissent le plus souvent filmées dans un studio de 2 mètres carrés plongé dans le noir…scènes sur lesquelles on aurait ensuite ajouté quelques effets numériques très limites en post-production.

Résultat ? On s’ennuie ferme, et on sourirait presque (si on n’avait pas déjà commencé à bâiller) quand les spectres se décident enfin à apparaître à l’écran.

Oli :        
Yasuko :

_________________________________________

Quick Review in English:

+ The Japanese schools…one of the best death and scary spots of all
+ This drama is mixing genres (horror story telling / horror drama)

– The narrator is so boring…
– The « drama part » is so cheap…
– A few ghost’s apparitions could make you laugh

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Fantômes, Horreur, V-Cinema, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s