Hajirai Machine Girl, Iguchi Noboru (2009)


HAJIRAI MACHINE GIRL, aka Shyness Machine Girl
HAJIRAI マシンガール
Année : 2009
Genre : s-pine off
Production : Fever Dreams / Inter Film / Nikkatsu / Spotted Productions
Réalisation : Iguchi Noboru
Avec : Kijima Noriko, Ishikawa Yûya, Tanaka Demo, Kishi Kentaro, Murakami Hiroaki, Yukihide Benny, Naoi Takatoshi, Aoki Masahiro, Shimazu Kentarô, Asami


Alors qu’on l’avait laissée pour morte, un couteau planté dans la tête, Yoshie, la camarade d’Ami (la première Machine Girl) est bientôt recousue pour, justement, en découdre avec ses agresseurs.

HAJIRAI MACHINE GIRL est un court métrage (22 minutes) tourné à la va-vite pour trois fois rien sur le toit d’un immeuble de Tokyo. L’objet n’a pas de réel intérêt, mais avant de le descendre en flammes il faut garder à l’esprit qu’il s’agit ici d’une simple vidéo proposée en bonus sur le DVD japonais du film THE MACHINE GIRL. La vidéo en question, qui n’obéit quasiment à aucune règle en vigueur dans les écoles de cinéma (à croire que Iguchi s’amuse régulièrement à filmer avec une seule main juste pour rire) est donc la suite (pourtant présentée comme un spin-off par Asami) du film précédemment cité. On y retrouve d’ailleurs quelques uns des personnages, tous plus ou moins ressuscités, et notamment la petite Yoshie, la copine de la première Machine Girl. Après avoir été recousue, on collera à l’intéressée une arme à feu dans l’anus (c’est un canon fe-scié) afin qu’elle puisse se venger.


Ci-dessus : comment avoir le feu aux fesses

Avec HAJIRAI MACHINE GIRL, Iguchi Noboru ose donc tout ce qu’il s’était refusé de faire dans THE MACHINE GIRL. Parfois critiqué pour son supposé premier degré et son ton trop sérieux, THE MACHINE GIRL avait plutôt déçu. HAJIRAI MACHINE GIRL en est par conséquent l’extrême opposé, mais n’en demeure pas pour autant plus digeste. Lourdingue et volontairement bâclé (les mauvaises langues diront que Iguchi Noboru n’a pas besoin de faire exprès), HAJIRAI MACHINE GIRL peut être sympathique pris comme il est : c’est à dire un simple bonus d’une vingtaine de minutes produit pour un DVD. Malgré tout, j’avoue que j’ai eu du mal…même si l’attaque finale de Yoshie m’a décroché un sourire. C’est graveleux, docteur ?

Oli :

________________________________________

Quick Review in English:

+ The first MACHINE GIRL was too serious, well that one is the exact opposite!
+ Actually, it’s just a bonus included on the Japanese DVD of THE MACHINE GIRL
+ The final attack of Yoshie made me laugh. Once

– No actors, no artistic direction, did Iguchi Noboru ever done worst than that?

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Comédie, Gore, V-Cinema, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Hajirai Machine Girl, Iguchi Noboru (2009)

  1. kiseiju69 dit :

    Je ne savais pas qu’il y avait une « suite » à The machine girl !! Comme tu le dis dans ta critique, il y a l’air plus barge. :p
    Hier, j’ai reçu quelques DVD dont Sukeban Boy de Iguchi Noboru. Il est vraiment excellent. Je me demande comment il arrive à avoir toutes ces idées complétement loufoque !!!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s