252: Seizonsha ari, Mizuta Nobuo (2008)


252: SEIZONSHA ARI, aka 252: Signal of Life
252 生存者あり
Année : 2008
Genre : gone (far away) with the wind
Production : Warner Bros / NTV
Réalisation : Mizuta Nobuo
Avec : Ito Hideaki, Uchino Masaaki, Yamada Takayuki, Kashii Yu, Kimura Yuichi, Matsuda Satoshi, Minji, Nishimura Masahiko, Nukumizu Yôichi, Omori Ayane, Sakurai Sachiko, Sugimoto Tetta, Yamamoto Taro


Dévasté par un gigantesque typhon, Tokyo prend des airs de fin du monde… Les sauveteurs tenteront bien le tout pour le tout, mais ils devront rapidement arrêter les recherches en raison du retour imminent de l’épouvantable tempête.

Coincés dans les ruines du métro de la capitale, quelques personnes vont commencer à s’entraider pour avoir une chance de s’en sortir.

2-5-2 est le code utilisé pour désigner la présence de personnes vivantes lors des opérations de sauvetage. Le code en question donne donc son titre au film qui nous intéresse ici. Blockbuster japonais dont on a beaucoup parlé en 2008, 252 fut même précédé d’un drama diffusé sur une chaîne nationale la veille de la sortie en salle.

Qui dit blockbuster et drama sous-entend bien évidemment film destiné à la famille…Il faut donc bien être conscient de cela quand vous mettez les pieds dans 252. En effet le réalisateur ne nous épargne rien : personnages caricaturaux (les frères aux relations difficiles, le héros qui n’a peur de rien, la petite fille handicapée, le mauvais médecin qui connaîtra la rédemption…), situations sans surprises cousues de fil blanc (le héros a besoin d’un truc, hop il l’a sous la main) et bons sentiments à répétition se rapprochant parfois de l’indigestion intellectuelle.

Malgré tout cela, il faut reconnaître que 252 est un film qui remplit plus ou moins son contrat. Les scènes de catastrophe sont assez bien fichues, les acteurs sont attachants et le rythme est plutôt bon. On se prend même au jeu, arrivé aux 2/3 du film. Hélas, chassez la catastrophe naturelle, elle revient au galop… Entre le moment où le réalisateur essaie de nous faire croire qu’il aurait le courage de faire mourir un enfant dans un film familial (on n’y croit pas une seule seconde), les retrouvailles sirupeuses qui durent trois heures car filmées au ralenti, et enfin les derniers instants où le réalisateur nous refait le coup du personnage qu’on croyait mort, puis vivant, puis encore mort…il y a de quoi grincer des dents…  Mais c’est peut-être parce que la scène finale se déroule dans l’œil du cyclone, que l’on y touche le ty-fond

Ne vous méprenez pas néanmoins, car 252 demeure un divertissement très honnête. Si vous n’êtes pas allergique aux ras de marée sentimentaux qui prennent un peu les spectateurs pour des imbéciles, cela va sans dire.

Oli :        
Yasuko :

_______________________________________

Quick Review in English:

+ The disaster comes very fast, at the beginning of the movie
+ The disaster’s scenes are good

– Not a bad movie, if you’re not allergic to tsunamis of good feelings
– So many stupid romantic and dramatic moments…not so digest

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Catastrophe, Drame, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s