Kiru, Oshii Mamoru, Tsujimoto Takanori, Fukasaku Kenta… (2008)


KIRU, aka Kill, aka Omnibus Movie Kill, aka Rebellion: The Killing Isle
斬~KILL~
Année : 2008
Genre : chanbarré
Production : Geneon Universal / Deiz / Toei
Réalisateurs : Oshii Mamoru, Tsujimoto Takanori, Fukasaku Kenta, Tahara Minoru
Avec : Fujita Yôko, Kikuchi Rinko, Mizuno Miki, Ikeda Narushi, Ishigaki Yuma, Kambayashi Shûta, Kimura Kôji, Konna Mana, Mizoguchi Takuya, Morita Ayaka, Ohno Momoka, Tsujimoto Kazuki, Yamaguchi Yoshiyuki, Vanilla Yamazaki


OPENING
Réalisé par Oshii Mamoru

キリコ (Kiriko)
Réalisé par Tsujimoto Takanori
Une jeune femme, experte en arts martiaux, va revenir des enfers afin de venger sa sœur…

こども侍 (Kodomo zamurai)
Réalisé par Fukasaku Kenta
Les petits déboires de deux jeunes écoliers dans une banlieue japonaise…qui se conclura à la manière des plus sanglants chanbara !

妖刀射程 (Youtoushatei)
Réalisé par Tahara Minoru
Un artefact très ancien permettrait de transformer tout ce qu’il touche en katana meurtrier. Que pourrait-il bien se passer si vous essayiez de transformer votre arme à feu via un tel procédé ?

ASSAULT GIRL 2
Réalisé par Oshii Mamoru
Sur une planète désertée, une traqueuse va devoir faire face à une ennemie bien plus dangereuse que veut bien le laisser croire sa frêle apparence…

Après SHIN ONNA TACHIGUISHI RETSUDEN, Oshii Mamoru nous revient une nouvelle fois dans un omnibus movie un peu barré, avec pour thème quelque chose d’un peu plus consistant que la compilation précédente, à savoir le chanbara. Thème cinégénique par excellence, le chanbara promettait un omnibus vraiment intéressant, tant les fans de Mamoru étaient impatients de voir le maître en découdre avec des passes d’armes martiales (bien évidemment et nous le vérifierons un peu plus bas, Oshii ne pouvait pas signer un simple duel à l’arme blanche). Pour l’épauler dans sa démarche, Oshii Mamoru a encore une fois fait appel au talentueux Tsujimoto Takanori, déjà responsable du survitaminé HARD REVENGE MILLY et de l’un des segments de SHIN ONNA TACHIGUISHI RETSUDEN.

KIRIKO, le court signé Tsujimoto Takanori, nous propulse immédiatement dans un univers violent et impitoyable. Les séquences martiales se multiplient, et sont le plus souvent extrêmement réussies (surtout compte tenu du manque de moyens clairement affiché). La toujours très charismatique Mizuno Miki nous rejoue son rôle de femme forte et déterminée, et le réalisateur ajoute par dessus tout cela un petit scénario “science-fictionnesque” lorgnant sans honte aucune sur un certain cinéma bis totalement assumé. Et puis le coup du personnage principal qui ne l’est pas vraiment, et puis finalement si (vous comprendrez en voyant la chose), c’est quand même rudement sympa. Mais qui se décidera enfin à donner un budget conséquent à Tsujimoto Takanori afin qu’il puisse nous faire voir ce qu’il a vraiment dans le ventre ? …et dans celui sanguinolent de ses acteurs s’il continue dans cette veine (jugulaire) de films violents !

Si les connaisseurs s’attendaient à un segment de qualité de la part de Tsujimoto Takanori, le cadeau surprise de cet omnibus vient sans conteste du petit film signé Fukasaku Kenta…un réalisateur qui ne m’a jamais passionné et qui a déjà prouvé à plusieurs reprises que, sans son nom, son maigre talent n’aurait pas suffi à le faire percer dans le monde du cinéma. Serais-je trop méchant ? L’originalité de KODOMO ZAMURAI (oui avec un Z pour coller au langage des enfants) irait presque dans ce sens… KODOMO ZAMURAI c’est en réalité un hommage au chanbara classique, avec tous les codes du genre passés au crible : le katana que l’on tient de son ancêtre, l’entraînement, le combattant blessé aux mains et qui ne peut plus les utiliser, l’enlèvement de l’être aimée, la scène du seppuku, le yojimbo, le premier combat perdu, la revanche, les joutes à un contre dix, les petites gerbes de sang, le code de l’honneur… oui mais tout cela est appliqué au monde des enfants, le tout filmé comme au temps du cinéma muet, avec faux doublages rétro carrément exagérés et le plus souvent hilarants. Si on a un peu de mal à rentrer dans le trip du réalisateur durant les premières minutes, on finit par se prendre vraiment au jeu.

Le segment suivant est le plus décevant du lot. Réalisé sans passion par Tahara Minoru, il nous propose de suivre un duel entre deux hommes ordinaires étant devenus, par la force des choses, des super guerriers. Après la découverte d’un artefact bien particulier, chacun d’entre eux a en effet pu transformer son arme à feu en gun-katana. Bon très franchement le principe était beaucoup mieux amené dans EQUILIBRIUM (ce n’est pas le même budget non plus je vous l’accorde). Il n’empêche qu’il est très difficile de prendre du plaisir devant le spectacle ici proposé. Combats mous et mise en scène basique, l’ensemble se révèle, de loin, comme le maillon faible de KILL.


Ci-dessus : mi-ange, mi-démon…et merveilles ?

Si les premiers chapitres de KILL vous ont mis en appétit, on vous a gardé le meilleur pour la faim. Oshii Mamoru réalise en effet ici la suite du premier ASSAULT GIRL (visible dans l’omnibus SHIN ONNA TACHIGUISHI RETSUDEN), avec dans les rôles titres la jolie Fujita Yôko, toute de blanc vêtue, et l’énigmatique Kikuchi Rinko, la dure en cuire. Bien évidemment, Oshii Mamoru ne pouvait se contenter de nous livrer un court métrage d’action classique. Aussi en guise de séquences martiales il faudra en fait vous contenter de très étranges passes d’âmes. Le spectacle, très court, est au rendez-vous, et ASSAULT GIRL 2 tient toutes ses promesses…si vous vous attendiez à un segment contemplatif et original, j’entends.

Oli :        
Yasuko :

_________________________________________

Quick Review in English:

+ An omnibus movie about chanbara, produced by Oshii…who would like to miss that?!
+ The chapter directed by Tsujimoto is great: funny ideas and good fights
+ Surprise : the segment by Fukasaku Kenta is original and interesting
+ ASSAULT GIRL 2 is really beautiful: have you ever dreamed of a chanbara?

– The segment by Tahara Minoru is far away from the others…nothing really interesting
– If the chapter directed by Fukasaku can be fun to watch, some of us could also be bored

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Action, Arts martiaux, Chanbara, Comédie, Fantastique, Science-Fiction, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s