Umezu Kazuo: Kyôfu gekijô – Mushitachi no ie, Kurosawa Kiyoshi (2005)


UMEZU KAZUO: KYÔFU GEKIJÔ – MUSHITACHI NO IE, aka Umezu Kazuo’s Horror Theater: Bug’s House
楳図かずお恐怖劇場 – 蟲たちの家
Année : 2005
Genre : j’ai le cafard
Production : Eisei Gekijo / Shochiku
Réalisation : Kurosawa Kiyoshi
Avec : Nishijima Hidetoshi, Ogawa Tamaki, Shirata Hisako, Uchida Asahi


Un homme raconte à son amante que sa femme vit recluse dans sa chambre, victime d’une psychose kafkaïenne à base d’insectes envahissant… L’épouse en question, de son coté, demande de l’aide à son cousin, prétendant que son mari la martyrise…

Réalisé pour le cinquantième anniversaire des débuts du mangaka Umezu Kazuo, MUSHITACHI NO IE figure sans contestation possible dans le haut du panier des courts métrages de cette joyeuse collection. Et ce n’est pas forcément une surprise quand on sait que le réalisateur n’est autre que le célèbre Kurosawa Kiyoshi, qui avait déjà tâté du drama et des petits budgets bien avant de devenir l’égérie des festivals occidentaux et des critiques de cinéma huppés.

Construite autour des récits contradictoires de différents personnages, l’histoire se révèle ainsi passionnante et troublante : un mari déboussolé, une femme qui papillonne, un cousin zen et une jeune amante (religieuse) qui a un époux dans la tête. Voilà pour l’envers du décor. L’endroit, si jamais il y en a vraiment un, vous ne le découvrirez qu’avec la révélation finale, introduite toute en subtilité et qui porte la marque indélébile de son créateur, Kurosawa Kiyoshi.

Oli :        
Yasuko :

_______________________________________

Quick Review in English:

+ Kurosawa Kiyoshi has directed the best short movie of this collection
+ Very interesting, good ideas, weird atmosphere and heavy secrets

– Not the best CG effects ever seen, but for a short movie, it’s not so bad

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Drame, Fantastique, Horreur, Umezu Kazuo, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s