MW, Iwamoto Hitoshi (2009)


MW, aka M.W.
ムウ
Année : 2009
Genre : gaz à effet de ser…ial killer
Production : Amuse Soft / Tezuka Production / Swan
Réalisation : Iwamoto Hitoshi
Avec : Tamaki Hiroshi, Yamada Takayuki, Hankai Kazuaki, Ishibashi Ryo, Ishida Yuriko, Kazama Toru, Nakamura Ikuji, Obama Natsuki, Shinagawa Tôru, David Starzyk, Ken Streutker, Tsurumi Shingo, Yamamoto Yusuke, Yamashita Rio, Yûki Michio


Un massacre semble-t-il orchestré par l’armée a fait des centaines de morts sur une petite île du Japon. Seize ans plus tard, et alors que ce drame est resté secret, un terroriste va commencer à faire parler de lui après un sanglant kidnapping organisé en…Thaïlande.

Parallèlement à ces tristes affaires, une jeune journaliste va mettre à jour un complot bactériologique portant le nom de code « MW ».

S’il y a un domaine dans lequel le cinéma japonais a du mal à rivaliser avec des pays comme les Etats-Unis ou même la Corée du Sud, c’est bien le blockbuster ou le thriller futuriste. On l’a vu récemment avec 20TH CENTURY BOYS où, malgré des moyens que l’on devinait confortables, le projet si alléchant se concluait dans un marasme embourbé dans le manque d’ambition chronique. MW (prononcez « mou » en japonais) souffre hélas du même syndrome (à savoir « je tourne un film comme je ferais un drama »), avec un résultat malgré tout un peu plus probant.

MW s’ouvre ainsi sur une longue scène de course-poursuite assez rythmée (à défaut d’être mise en images très intelligemment) qui se conclura par une exécution violente : on pourrait rêver pire pour débuter un film de ce calibre. La suite se révèle d’ailleurs assez plaisante, puisque ponctuée de quelques mystères intéressants et de petits meurtres barbares.

Au bout d’une bonne mise en quarantaine de minutes (film bactériologique oblige) MW va malgré tout finir par nous dévoiler ses limites. Ainsi, les personnages principaux ne sont pas de franches réussites (j’ose imaginer que dans le manga original de Tezuka Osamu ceux-ci sont mieux dessinés et plus attachants). De plus l’intrigue générale, si elle est assez divertissante, me semble emprunter quelques raccourcis mal venus (on saute par exemple de la Thaïlande à Tokyo, du sommet d’un building à une petite île désertée, ou encore d’une église à une base militaire surprotégée).

Le film a malgré tout pour lui un coté très sombre (présent dans le manga original) et un design appréciable (décors très froids, voire aseptisés). Un petit divertissement sympa, en somme, dont on attendait hélas beaucoup plus : MW tient en effet d’avantage du drama de luxe que du blockbuster destiné aux salles de cinéma.

Oli :        
Yasuko :

___________________________________________

Quick Review in English:

+ From a dark manga by Tezuka Osamu
+ Dark story
+ A mysterious menace
+ It could entertain you if you don’t expect a great techno-thriller movie

– More a good one shot drama than a real theater’s movie
– Good ideas but the story seems to use too many shortcuts

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Thriller, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s