Ichi, Sori Fumihiko (2008)


ICHI
いち
Année : 2008
Genre : recommandé par ma sœur aveugle
Production : Shochiku
Réalisation : Sori Fumihiko
Avec : Ayase Haruka, Nakamura Shido, Kubozuka Yôsuke, Osawa Takao, Chiba Kazuma, Emoto Akira, Endô Yûko, Sugimoto Tetta, Takeuchi Riki, Tsuchiya Kumiko, Hano Daishirô, Horiken, Ishizuka Yoshihiro, Katô Masaki, Koga Mitsuki, Kôno Usagi, Kotake Eiko, Masuda Toshiki, Masumoto Shôichirô, Matsukata Hiroki, Matsuzaka Wakako, Nagae Masaaki, Namiki Shirô, Rijû Gô, Sada Mayumi, Saitô Ayumu, Shima Ryôsuke, Watanabe Eri, Yokoyama Megumi


Regardez-y bien à deux fois, car vous avez sans doute mal vu (normal pour un film à propos d’une personne aveugle) : cette fois-ci Zatoichi porte une jupette et possède des lèvres pulpeuses…mais heureusement notre sabreur manie toujours aussi efficacement les armes blanches…

ICHI est la preuve vivante qu’il est possible de savoir filmer correctement, de disposer d’acteurs plutôt bons et d’une intrigue qui tient la route (le mythe du masseur aveugle fera toujours recette)…et néanmoins de foncer directement dans le mur. A dire vrai, à force de chercher à faire un truc propre on finit par accoucher d’un produit tellement lisse qu’il n’a plus aucun goût. ICHI est par conséquent un produit très correctement emballé mais tout simplement imbuvable et quasiment indéfendable. Je préfère mille fois un réalisateur sans réel talent mais avec de l’envie et des idées, plutôt qu’un technicien à ce point obnubilé par sa mise en scène et une certaine obligation de ne choquer personne (et donc de contenter tout le monde : ce qui est pas définition impossible).

Je n’échangerai donc pour rien au monde une bonne petite série B ou Z ratée mais décomplexée, pour un baril de films à la ICHI, bien trop propres sur eux et qui se prennent beaucoup trop au sérieux. L’actrice principale semble d’ailleurs avoir été choisie à dessein (pas de jeux de mots en rapport avec la poitrine avantageuse de la demoiselle s’il vous plait). Ayase Haruka est ainsi aussi cul-cul la praline que d’habitude : on sent qu’on ne peut pas la salir à l’écran et c’est usant à la longue. Mais finalement elle est bien à l’image du film, lisse et chiante comme l’entière filmo de Claude Lelouch.
Je passerai également sous silence le fait qu’on ait choisi une femme pour incarner Zatoichi (je vous laisse deviner le coup de génie scénaristique justifiant la chose), ainsi que l’histoire qui pousse le bouchon tellement loin que notre bonne vieille Ichi est ridicule et obligée d’être sauvée par un homme…un vrai !

Si vous lui en voulez un peu, surtout après le prometteur PING PONG, je vous rappelle le nom du réalisateur : Fumihiko Sori (et il peut l’être !).

Oli :        
Yasuko :

_________________________________________

Quick Review in English:

+ Not a bad filmmaking, not bad actors, good sets

– But no soul at all, no taste at all, the director did not take any risks at all
– The « feminine Zatoichi » is ridiculous : she needs a man to fight for her
– Ayase Haruka has not much personality, she ‘s too « clean » for that role

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Arts martiaux, Chanbara, Jidai-geki, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s