Kamui gaiden, Sai Yoichi (2009)


KAMUI GAIDEN, aka Kamui, aka Kamui: The Lone Ninja
カムイ外伝
Année : 2009
Genre : y’a comme un lézard (martiaux)
Production : Kinoshita / Shochiku
Réalisation : Sai Yoichi
Avec : Matsuyama Kenichi, Koyuki, Kobayashi Kaoru, Satô Kôichi, Ito Hideaki, Ashina Sei, Ekin Cheng, Morita Naoyuki, Nakano Shigeru, Ôgo Suzuka, Ryû Daisuke, Sakaguchi Yukio, Tamiya Gorô, Tsuchiya Anna, Yamazaki Tsutomu


Ninja, fugitif, mais surtout ninja. Kamui a beau être un as de la fuite, il n’en demeure pas moins un grand guerrier avant tout. Et c’est sur fond de vengeance (et de pêche aux requins) que Kamui le ténébreux va une nouvelle fois faire couler le sang.

Sai Yoichi est un réalisateur pour lequel il est difficile de ne pas éprouver de la sympathie. Un technicien qui se lance dans des genres aussi divers et variés que le drame violent (BLOOD AND BONES), le trip animalier (QUILL) et maintenant le manga live…ça fait plutôt plaisir. Mais si Sai Yoichi navigue effectivement entre les genres en allant ainsi à la pêche aux tons, il alterne aussi, et c’est plus regrettable, le meilleur et le pire. Et avec KAMUI GAIDEN autant le dire tout de suite : Sai Yoichi sombre bel et bien !

Déjà le projet KAMUI GAIDEN commence mal puisque l’on retrouve à son casting des acteurs qui n’en sont pas (Matsuyama Kenichi) ou plus (Koyuki) et qui ont déjà prouvé à maintes reprises que la comédie était leur talent d’Achille. Ensuite le scénario est tout simplement inintéressant au possible et ne reprend même pas ce qui faisait l’intérêt de l’anime original (et donc sans doute également du manga), à savoir cette multitude de capacités extraordinaires dont faisaient étalage les ninjas et autres guerriers surnaturels. Les pouvoirs spéciaux, dans le film KAMUI GAIDEN, se comptent en effet sur les doigts d’une main (on est loin, très loin de la réussite du long métrage SHINOBI en la matière).


Ci-dessus : le sot périlleux

Pour enfoncer le clou dans ce film d’arts marteaux (car il faut l’être pour voir ce triste spectacle jusqu’à la fin), Sai Yoichi use et abuse d’effets spéciaux indignes d’une production cinéma, c’est presque du jamais vu à ce niveau. On touche d’ailleurs le fond lors d’une scène improbable où Kamui est attaqué par des requins en images de synthèse du pauvre. Il faut le voir pour le croire.

Ennuyeux, ridicule et par-dessus le marché absolument insupportable car se prenant trop au sérieux, KAMUI GAIDEN est tellement indigeste qu’on ne prend même aucun plaisir à visiter ses magnifiques paysages naturels. Et puis à un moment donné on est heureux car on pense que Koyuki est morte. Mais en fait non. Si ça c’est pas de la torture psychologique, c’est que je ne m’y connais pas !

Oli :        
Yasuko :

______________________________________

Quick Review in English:

+ Sai Yoichi, an interesting director
+ Beautiful natural sets

– Kenichi and Koyuki
– Awful CGI effects…
– Not interesting at all
– Too serious, what a disaster…

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Arts martiaux, Aventure, Jidai-geki, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s