Electronic Girl, Matsuda Keita (2009)


ELECTRONIC GIRL
エレクトロニックガール
Année : 2009
Genre : e-doll
Production : Mobcast / Ricefield Production
Réalisation : Matsuda Keita
Avec : Koizumi Maya, Ayano Gô, Fujikawa Toshiki, Fujima Miho, Suwa Tarô


Japon, 2055. Nana, une androïde sexy destinée à être une idole, va décider qu’elle mérite mieux que de jouer les poupées de lux(ure). Elle va s’enfuir…et découvrir la vie.

La petite Electronic Girl peut-elle revisiter les lois de la robotrique ? C’est fort probable quand on se penche quelques instants sur son cas et qu’on s’aperçoit que l’idole Koizumi Maya (bombe atomique de son état) l’incarne au cinéma. Le film ELECTRONIC GIRL commence d’ailleurs de la meilleure des manières puisque l’androïde Nana, confectionnée pour être une robot-idole, va rapidement échouer à faire ses preuves dans le métier. En effet, la pauvre androïde va commettre l’irréparable (pour une idole) : elle va poser des questions ! Le parallèle ainsi effectué entre les robots qu’on utilise comme des objets, et les idoles instrumentalisées est à la fois pertinent, et hilarant. Parce que le plus souvent, qu’on le veuille ou non, une idole au Japon ce n’est ni plus ni moins qu’une potiche qu’on invite sur les plateaux télé pour décorer…et accessoirement quand elle l’ouvre c’est pour sortir des conneries ou des banalités, le principe de l’idole intelligente n’ayant pas encore été inventé.

La petite Nana pose donc des questions, s’intéresse à tout et a du mal à faire la belle (et surtout la bête) devant un appareil photo. Autant dire que sa carrière de robot-idole est mal barrée ! Plutôt que d’être formatée, Nana s’enfuira donc. Pour voir le monde. La mer. Les ruines…ah non, pas les ruines, mais Nana n’aura pas vraiment le choix, le Japon en 2055 n’ayant rien d’un îlot paradisiaque. Pour illustrer tout cela, le réalisateur Matsuda Keita (responsable des effets spéciaux sur GEISHA VS NINJAS) a fait le choix de l’originalité avec du «tout numérique» couplé à plusieurs passages animés. Tout cela donne une âme certaine au film, et le spectateur a vraiment l’impression d’avoir mis les pieds dans quelque chose de différent. Ce qui n’est pas un mal dans un long métrage de science-fiction.


Ci-dessus : un film maid in Japan

Hélas, le film de Matsuda Keita parait bien fauché, et les effets numériques en question relèvent davantage d’un tout petit jeu vidéo que d’autre chose. Les rares scènes se déroulant en studio réel sont, de plus, assez ridicules (le long huis clos dans l’appartement). Mais comme je l’ai déjà dit, Matsuda Keita a fait l’effort de prendre des risques malgré son manque de moyens, aussi je ne m’amuserai pas à descendre cette petite série B sur la forme, car c’est sur le fond que la déception est la plus grande. ELECTRONIC GIRL commence ainsi tellement bien que la deuxième partie et la conclusion font l’effet d’un gros pétard mouillé. Au départ on croit à une vraie petite parodie assumée de BLADE RUNNER (les clins d’œil sont nombreux) couplée à une partie de franche rigolade aux dépens des idoles. Hélas ELECTRONIC GIRL finira par se prendre bien trop au sérieux (l’androïde qui apprend à vivre, qui découvre l’amour, qui commence à rêver)…et comme tout cela n’est pas forcément très bien interprété ni bien mis en valeur (je ne reviendrai sur le coté fauché de la chose), on n’y croit pas une seule seconde et on rit un peu…de dépit.

Le spectacle demeure sympathique (et presque attachant tellement son discours est naïf), si et seulement si on garde bien à l’esprit que le film de Matsuda Keita est une toute petite série B qui a eu la folie des grandeurs.

Oli :        
Yasuko :

________________________________________

Quick Review in English:

+ A risky movie
+ Visually, it’s strange: animation and almost all CG sets
+ This movie has a soul of its own
+ Can be fun if you keep in mind that it’s only a cheap B-movie
+ Funny references to BLADE RUNNER, and to the world of Japanese gravure idols
+ Koizumi Maya is just…WHAAAOOOO !

– Ridiculous dramatic scenes
– The story line is funny at first, but after it’s too serious
– Many CGI effects…but far away from UNCHARTED 2 or GOD OF WAR 3!

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Science-Fiction, Thriller, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Electronic Girl, Matsuda Keita (2009)

  1. guillaume dit :

    ayé, enfin vu. J’aime beaucoup le parti pris de tout avoir surexposé, meme les parties IRL, pour aténuer le choc visuel devant les sfx peu travaillés. Y’a de jolis passages, je trouve, niveau choix de mise en scene, qui auraient clairement mérité un meilleur budget.
    Par contre niveau histoire, on a encore le droit au doll droid qui s’éveille à la vie et aux sentiments, le tout balancé de maniere naive et maladroite. Dommage.

  2. Oli dit :

    On est complètement d’accord alors, c’est même pas drôle.

  3. Guillaume dit :

    Il a fait autre chose ce réalisateur ? (j’ai la flemme de chercher sur le net japonais :D)

    • Oli dit :

      J’ai trouvé ça : RONIN POP http://www.roninpop.com/

      Visiblement c’est sorti le mois dernier dans quelques salles. Mais aie aie aie : c’est avec un groupe de K-pop (et Nagasawa Nao ouf !). On sent qu’il y a un travail sur l’image mais bon…à part ça… Un bonhomme avec des idées et des envies…et des endives (rapport aux K-pop boys).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s