Meatball Machine, Yamaguchi Yûdai et Yamamoto Junichi (2005)


MEATBALL MACHINE
ミートボールマシン
Année : 2005
Genre : la mort impossible
Production : King Record / NTT
Réalisation : Yamaguchi Yûdai et Yamamoto Junichi
Avec : Takahashi Issei, Kawai Aoba, Kawasaki Kenichi, Masumoto Shôichirô, Tezuka Tôru, Yamamoto Ayano


Certains citoyens de Tokyo sont récemment victimes de mutations atroces, les poussant aux pires extrémités. Lorsque Sachiko sera tristement souillée par cette monstruosité, son collègue Yôji, qui l’aime secrètement, trouvera-t-il les ressources nécessaires pour lui venir en aide ?

MEATBALL MACHINE est, dans son genre, le meilleur film japonais post-TETSUO à ce jour. C’est encore plus flagrant lorsque l’on prend le temps de s’attarder sur les films récemment tournés dans la même veine (sanglante), qui n’ont fait qu’accumuler des clichés vus et revus le tout enrobé par une réalisation passable voire…souvent bâclée. Ces dernières années on a ainsi voulu nous faire croire, au Japon, que pour faire un film gore et un peu sexy le scénario et la mise en scène n’étaient pas des atours indispensables. Pour rencontrer un certain succès auprès d’adolescents prépubères américains, c’est vrai. Mais pour éviter de prendre les autres spectateurs pour des imbéciles, cette évidence prend tout de suite un peu de plomb dans l’aile.

Car MEATBALL MACHINE est la preuve filmée, vomie et intelligemment réingurgitée que l’on peut tourner un long-métrage d’horreur mâtiné de SF avec du gore, des bouts de ficelle et un viol à base de tentacules sans pour autant sombrer dans le ridicule. Mieux encore : sans jamais céder à la facilité du bad trip auteurisant, MEATBALL MACHINE réussit le tour de force de livrer un conte morbide dont on devine les racines sociales (voire politiques) le tout couplé à une histoire d’amour que l’on pensera condamnée au grotesque absolu…mais qui finira pourtant par nous toucher profondément.


Ci-dessus : le meatball machin

Des deux réalisateurs du film, seul Yamaguchi Yûdai a su tirer son épingle du jeu, puisque Yamamoto Junichi, papa du court métrage ayant inspiré MEATBALL MACHINE, ne confirmera jamais grand-chose. Yamaguchi Yûdai (qui avait déjà été scénariste pour Kitamura Ryûhei) semble donc être le principal responsable de la fabuleuse réussite de MEATBALL MACHINE (avec le génie des maquillages qu’est Nishimura Yoshihiro, cela va sans dire).  Si MEATBALL MACHINE demeure aujourd’hui encore le meilleur film de Yamaguchi, il ne faut pas non plus oublier ses autres belles réussites, par exemple le court-métrage PRESENT ou encore le jouissif AKANBO SHÔJO.

MEATBALL MACHINE est par conséquent la fusion réussie et inespérée entre l’ultra-violence, les monstres mutants grotesques, les tentacules, la détresse humaine, l’amour impossible et la misère sociale. Un film presque parfait, dont le principal défaut (si on passe sous silence le déballage final inutile des extra-terrestres) est, peut-être, d’avoir inspiré toute une vague de films dans le même genre mais qui ne lui sont jamais arrivés à la cheville (même si TOKYO GORE POLICE n’est pas passé très loin – de la cheville, j’entends).

Oli :        
Yasuko :

_________________________________________

Quick Review in English:

+ The best post-TETSUO movie
+ Gore, ultra violence, social criticism, love story: and never stupid nor grotesque!
+ A powerful movie. It was unexpected for that kind of films
+
Nishimura Yoshihiro
+ The director Yamaguchi Yûdai (PRESENT, TAMAMI…)

– The final dialogues with the aliens are maybe useless
– So many movies will try to copy it…

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Drame, Gore, Love Story, Science-Fiction, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s