Dear Heart: Furuete nemure, Isaka Satoshi (2009)


DEAR HEART: FURUETE NEMURE
Dear Heart 震えて眠れ
Année : 2009
Genre : mâle au cœur
Production : GP Museum / Concept Film
Réalisation : Isaka Satoshi
Avec : Takashima Reiko, Enoki Takaaki, Asuka, Hachiya Mami, Hinata Karen, Horiguchi Natsumi, Imamoto Yôko, Itagaki Yôhei, Kametani Sayaka, Katô Kazuki, Matsumoto Hiroyuki, Nishimura Masahiko, Nishiyama Minami, Oikawa Rino, Shimada Yôko, Shimasaki Machiko, Takemoto Satoko, Yamauchi Kenji


Un riche professeur va se reposer quelques jours dans sa résidence secondaire, dans la campagne japonaise. Accompagné par son épouse, et assisté quotidiennement par une infirmière personnelle, il va tenter de refaire surface après une douloureuse transplantation du cœur. Mais cet homme, d’habitude si calme, va rapidement changer de caractère.
Sa femme ne le sait pas encore, mais le nouveau cœur de son mari vient en fait d’un donneur…dont le passe-temps consistait à torturer et à tuer les jeunes filles.

Plus proche d’un épisode d’Hollywood Nights que d’une série B noire et nerveuse, DEAR HEART cumule tous les défauts de ce genre de petites productions tentant de jouer dans la cour des grands. Le réalisateur abuse ainsi d’effets sonores grotesques pour souligner au marqueur rouge la moindre scène plus ou moins choc, et les acteurs en rajoutent des tonnes (à l’exception de Takashima Reiko).

On se surprend malgré tout à trouver le début du film sympathique, puisque DEAR HEART n’hésite pas à emprunter la voie du cinéma fantastique en faisant d’un cœur transplanté un véritable virus qui va propager les penchants pervers et meurtriers du donneur dans le corps d’un malheureux malade receveur.


Ci-dessus : le jus de fruit défendu…

Mais à la manière de la forme (critiquable), le fond (assez prometteur) va vite tourner au vinaigre puisque, si l’on a bien droit à des flashbacks extrêmement glauques, le film n’ira jamais aussi loin que ces derniers. Il faudra en effet se contenter de petits bisous arrachés à la sauvette, de meurtres toujours évités de justesse et de scènes de torture qui n’auront jamais lieu (bien évidemment le grand méchant sera arrêté avant de triturer sa prisonnière au chalumeau…). La présence de Takashima Reiko est donc autant un avantage (elle est plutôt bonne actrice) qu’un inconvénient (car en sa présence, difficile d’imaginer que le film puisse tourner au scabreux).

On nous avait annoncé un thriller chaud, au final nous avons seulement droit à un joli coup de froid. DEAR HEART plaira peut-être malgré tout aux fans de Takashima Reiko ainsi qu’aux amateurs de navets qui n’ont peur de rien (voir la scène de la torture au pamplemousse pour s’en convaincre).

Oli :        
Yasuko :

__________________________________________

Quick Review in English:

+ A few good ideas (a little fantasy, cruel flashbacks…)
+ The good actress Takashima Reiko
+ The torture scene with the grapefruit! AH AH AH!

– Cheap movie, anonymous filmmaking…
– With an actress like Reiko, a movie of that kind cannot go too far in the horror
– We see almost nothing: almost every murders and tortures will be stopped in time

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Thriller, V-Cinema, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s