Kichiku, Tanaka Noboru (2002)


kichiku-video-2002KICHIKU
鬼畜
Année : 2002
Genre : déca(descen)danse
Production : NTV / Shochiku
Réalisation : Tanaka Noboru
Avec : Kitano Takeshi, Kuroki Hitomi, Muroi Shigeru, Hino Yojin, Ishikura Saburô, Kataoka Ryô, Matsukane Yoneko, Morooka Mahiro, Watanabe Tetsu, Namino Kuriko, Okumura Kôen, Ono Takehiko, Saitô Satoru, Sato Emi


Un imprimeur, vivant seul avec sa femme, voit un jour sa maitresse débarquer avec leurs trois enfants adultérins. Les choses vont encore se compliquer lorsque la maitresse en question quittera les lieux en abandonnant ses enfants au couple…

kichiku-2002-01kichiku-2002-02

kichiku-2002-04kichiku-2002-05

L’histoire qui nous intéresse ici a été imaginée par l’un des écrivains les plus populaires au Japon : l’immense Matsumoto Seichô. Bien sûr, l’adaptation la plus mémorable de ce livre est peut-être celle de 1978, avec Ogata Ken…et notre KICHIKU du jour a bien du mal à rivaliser avec ce classique. A sa décharge, il faut préciser que tout cela a été tourné pour la télévision dans le cadre d’une célèbre série de special drama (火曜サスペンス劇場) avec, on le devine, les moyens inhérents à ce genre de production. Il ne faut donc pas s’attendre à des miracles. On a pourtant droit à un réalisateur confirmé (Tanaka Noboru), qui a déjà abordé les univers de Edogawa Ranpo, Abe Sada…bref du roman porno à la sauce Nikkatsu. Pas mal comme carte de visite…même si au final, avec KICHIKU, Tanaka Noboru s’en sortira juste avec les honneurs, sans éclat aucun.

Mais il faut bien avouer qu’il n’est pas aidé par le casting. Si Kitano Takeshi a un charisme indéniable, il peine ici quelque peu à être crédible dans la peau de ce père de famille(s) censé passer par tous les états et jouer sur un large panel d’émotions (avis très subjectif, ma femme préférant la prestation de Kitano à celle de Ogata Ken). La sublime Kuroki Hitomi, pour sa part, n’a rien à se reprocher, mais comment oublier la performance extraordinaire de Iwashita Shima, un peu plus de vingt ans plus tôt ?

kichiku-2002-06kichiku-2002-07

kichiku-2002-08kichiku-2002-09

L’histoire est heureusement toujours aussi passionnante. Une épouse bafouée mais forte, qui se battra contre vents et marées pour maintenir son couple (et son commerce) à flots. Et tandis que son petit monde coulera doucement mais sûrement, la maitresse semblera, elle, comme un poison dans l’eau. Cette dernière, hôtesse de profession, aura d’ailleurs plus d’importance que dans la version de 1978, puisqu’elle reviendra même à la fin du récit. Un mari à la dérive, enfin, qui aura bien évidemment tout à se reprocher mais dont on devinera aussi les cruelles faiblesses (les trois gamins sont-ils vraiment ses enfants – se doute-t-il qu’il a été manipulé et n’y accorde-t-il en fait aucune importance ?). Puis viendra l’horreur, avec des prises de décision machiavéliques afin de se débarrasser de ces enfants trop encombrants…

Beaucoup moins puissant et convaincant que le KICHIKU réalisé en 1978, cette version de 2002 pourrait néanmoins satisfaire les inconditionnels de Kitano Takeshi et Kuroki Hitomi (ici souvent en sueur – je vends mon film comme je peux), voire les admirateurs de Matsumoto Seichô, qui verront ce drama comme une énième variation sur des thèmes qui leur sont chers.

Oli :         drapeau2 drapeau2
Yasuko : drapeau2 drapeau2 drapeau2

_______________________________________________

Quick Review in English:

+ A very famous and terrible story in Japan, from a book written by Matsumoto Seichô
+ Two stars: Kitano and Kuroki Hitomi
+ The story is slightly different from the one that was used in the great 1978 movie

– I prefer Ogata Ken, I found his acting much more powerful than Kitano’s one
– Kitano and Kuroki are far from beeing bad…but how can you forget the actors of 1978?
– It looks like a drama: because IT IS a drama. A special drama produced for television

kichiku-2002-10kichiku-2002-11

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Drame, Télévision, Thriller, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s