Keitai kareshi, Funabiki Shinju (2009)


KEITAI KARESHI
携帯彼氏
Année : 2009
Genre : keitai aie aie…
Production : Gonzo / Synergy
Réalisation : Funabiki Shinju
Avec : Kawashima Umika, Asakura Aki, Kuroishi Hideo, Hoshino Mari, Aizawa Maki, Kuwae Sakina, Maeda Nozomi, Ochiai Motoki, Ogi Shigemitsu, Ônishi Yuka


Un nouveau programme permet aux jeunes filles d’échanger des messages avec un amoureux virtuel, sur leur téléphone portable. Un logiciel assez remarquable puisque l’intelligence artificielle répond à vos emails avec une précision quasiment humaine.

Une sombre légende prendra alors forme : des rumeurs feront état d’étranges décès, parmi les utilisatrices de ce jeu. Que vous atteigniez le septième ciel avec un score de 100%, ou que vous échouiez avec un 0% pointé, le résultat semble inéluctablement pousser les jeunes filles six pieds sous terre… Prises de panique, certaines d’entre elles tenteront alors de transférer leur petit ami virtuel dans un autre téléphone portable : il s’agirait en effet du seul moyen de se débarrasser de cette terrible malédiction.

KEITAI KARESHI (« petit ami pour téléphone portable ») part d’une bonne idée de départ. Vous connaissez sans doute les célébrissimes Tamagochi ? Et bien sachez qu’au Japon le principe s’est démultiplié sous de nombreux formats différents, aussi bien sur consoles que téléphones portables : animal ou créature bizarre à élever ou bien encore…un tendre amour à entretenir. J’ignore si le phénomène s’est répandu en Occident, mais ici beaucoup de jeunes filles raffolent de ces gadgets inutiles (et donc par essence indispensables).

KEITAI KARESHI pousse l’expérience encore plus loin, puisqu’un programme installé sur votre téléphone portable vous permettra d’avoir un petit ami virtuel, mais doté d’un vrai visage. Détail assez incroyable : l’avatar en question répondra très intelligemment à tous vos emails, jusqu’à en devenir parfois très pressant et…indiscret. Le film basculera alors rapidement dans le fantastique, car une application qui peut deviner votre nom, votre âge et votre sexe, et qui en plus refuse que vous la désinstalliez, ça ne court pas les rues !


Ci-dessus : vous avez un massage

On se dit alors que Shibata Issei (réalisateur du sympathique mais inégal REAL ONIGOKKO) a signé ici un scénario un peu opportuniste, certes, mais assez habile. Le grand mystère du film tient ainsi en haleine pendant la première demi-heure…avant de rapidement s’évaporer. Le subterfuge ne tient donc pas très longtemps, et on réalise vite qu’on est en fait ici face à une production horrifique calibrée pour les jeunes filles : les scènes choc ne vont pas bien loin, et l’intrigue amoureuse et son final en guimauve sont pensés avant tout pour les collégiennes qui aiment tripoter leur…téléphone portable. De plus, et je ne sais pas s’il s’agit seulement d’un hasard, mais le réalisateur est en réalité…une réalisatrice !

Highway to Mail…!

Au final, même si les amateurs de sensations fortes auront l’impression d’avoir été lentement torturés, il ne faut pas se tromper de public. Et en l’occurrence, celui qui est ici principalement concerné par KEITAI KARESHI porte des mi-bas blancs ou noirs, des jupettes et accessoirement quelques boutons d’acné sur le visage (et non les petites culottes blanches apparentes c’est seulement dans les manga et dans les films !).

Oli :        
Yasuko :

________________________________________

Quick Review in English:

+ At first, it was a good surprise because the main mystery was good
+ Interesting during 25 minutes, especially because such applications do realy exist
+ A good movie for young girls, I guess
+ A story written by Shibata Issei (REAL ONIGOKKO)

– The love story is so simple…
– The crime scenes don’t go far enough: because it’s a movie for young girls?
– Not a bad movie, if you belong to the public targeted by the producers

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Fantômes, Horreur, Love Story, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s