Kyôfu, Takahashi Hiroshi (2010)


KYÔFU
恐怖
Année : 2010
Genre : morte, elle ?
Production : Oz / Cell / Geneon Universal / EF
Réalisation : Takahashi Hiroshi
Avec : Nakamura Yuri, Fujii Mina, Katahira Nagisa, Chôsokabe Yôko, Hatano Momoko, Kaku Tomohiro, Kusakabe Sô, Matsushima Ryôta, Saitô Yôichirô, Takahashi Chôei, Yoshino Kimika


Accompagnée par quelques inconnus rencontrés via Internet, la frêle Miyuki part se suicider en pleine forêt. Elle se réveillera entre les mains de sa propre mère, elle-même à la tête d’une organisation faisant d’étranges expériences sur les corps humains. Miyuki, blessée depuis l’enfance et cette étrange vision d’un film interdit, d’une lueur blanche pareille à un miroir monstrueux. Miyuki…désormais à peine vivante…ou déjà un peu morte ?

Pour retrouver sa sœur portée disparue depuis son suicide présumé, Kaori va se lancer dans une enquête aux confins du fantastique…et rouvrira des portes interdites que sa mémoire avait jusque là soigneusement cloisonnées.

Je dois avouer m’être rendu à la séance de KYÔFU dans l’espoir de voir un film de frousse. J’en suis donc ressorti un peu déçu, parce que je m’étais trompé de sujet… Autant donc vous le dire de suite : KYÔFU ne fait quasiment jamais peur. Il s’agit d’un film d’ambiance, très noir, au mysticisme à la fois grotesque (la suicidée qui se transforme en folle enceinte d’on-ne-sait-qui et qui dévore de la viande crue) et plus classique (une étrange lueur blanche qui représente un point de passage vers…l’au-delà ?).

Le réalisateur, Takahashi Hiroshi, est un habitué du genre, tout du moins au niveau de l’écriture (il aime donc l’horreur, les hurlements et l’écrit). On retrouve ainsi son nom sur les scénarios de OROCHI, un segment des UMEZU KAZUO’S HORROR THEATER, ou encore RINGU 0, 1 et 2 (et hélas aussi leurs remakes). Cette fois-ci on a vraiment la sensation qu’il a souhaité faire quelque chose de différent, et le résultat, même très imparfait, mérite qu’on lui donne sa chance. Car KYÔFU mélange allègrement les pistes de lecture, et au bout de vingt minutes de film il est très difficile de savoir de quoi il retourne. Imaginez donc : des jeunes qui souhaitent se suicider en groupe à la suite d’une rencontre sur Internet, un complot mystico-chirurgical coupable d’horribles expériences et des intrigues qui relèvent tout autant des rêves que de la vie après la mort ou encore des apparitions fantomatiques plus «communes»…

Hélas, entre ce début prometteur et un final plutôt bien vu (qui retombe sur ses pattes si on fait preuve d’un peu d’indulgence et d’imagination), il faut bien avouer que la colonne vertébrale du film s’effrite rapidement en se révélant un peu ennuyeuse (quelques personnages peu crédibles ont une grosse part de responsabilité). Et puis quelques choix de réalisation font dans le déjà-vu (la photographie, dans l’hôpital, est un pur copier-coller de KANSEN).

Toutefois, il faut bien admettre que KYÔFU distille une ambiance pesante et mystérieuse, et que dans le lot de films fantastiques japonais et étrangers extrêmement fades qui fleurissent ces temps-ci, ça fait quand même du bien de voir un long métrage avec un minimum d’originalité et de personnalité. De plus, le plan final sur le visage de Miyuki est à la fois puissant, et très déstabilisant…et devrait donc mettre tout le monde d’accord (et à cri).

Oli :        
Yasuko :

_________________________________________

Quick Review in English:

+ Very good ideas
+ KYÔFU tries to be original and explores several ways of the supernatural movies
+ Dark atmosphere

– Not a terror movie at all
– Between the good start and the good final, the movie is a litlle boring…

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Drame, Fantastique, Fantômes, Horreur, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Kyôfu, Takahashi Hiroshi (2010)

  1. Michix dit :

    Au vu du scénario, ce film semble avoir au moins le mérite d’être original. Ce que je préfère dans la J-Horror ce sontt justement les films à l’ambiance sombre et mystérieuse qui n’abusent pas des hurlements et du déferlement d’hémoglobine.
    Kyôfu fait d’ailleurs partie des films sélectionnés pour la rétrospective spéciale J-Horror présentée à la Maison de la Culture du Japon à Paris du 6 mai au 1er juin de cette année

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s