Kanzen naru shiiku: Maid, for you, Fukasaku Kenta (2010)


KANZEN NARU SHIIKU: MAID, FOR YOU, aka Perfect Education: Maid for you
完全なる飼育 メイド、for you
Année : 2010
Genre : Maid in Japan
Production : Sedic / Go! Cinema
Réalisation : Fukasaku Kenta
Avec : Ayano, Yanagi Kôtarô, Maeda Ken, Kurokawa Mei, Takenaka Naoto, Nishimura Masahiko, Hisano Masahiro


Un otaku habitué des Maid Cafés va, un peu par hasard, kidnapper sa Maid préférée, la douce Ichigo chan…puis la séquestrer sur son lieu de travail : un manga kissa le plus souvent déserté par la clientèle.

Finalement, Fukasaku Junior finirait presque par devenir attachant. Il faut dire qu’il part de loin : après un désastreux BATTLE ROYALE 2 puis quelques trucs ennuyeux, on le croyait perdu pour la science (du cinéma). Moi le premier. Et pourtant, depuis quelques années il faut bien reconnaître que l’intéressé fait plaisir à voir. Il semble en effet plus libéré, débarrassé du fardeau de son illustre nom ? Ce serait un bien grand mot, puisque ce même nom lui a permis de percer dans le métier. Quoi qu’il en soit, Fukasaku Kenta livre à présent des films qui ne sont pas prétentieux, qui vont parfois à l’essentiel (X-CROSS), ou qui amusent par leur originalité (KODOMO ZAMURAI). Peu importe le budget d’ailleurs, car le bonhomme n’hésite généralement pas à taper dans le cinéma bis pur et dur…et je crois que…oui, je commence à vraiment l’apprécier !

MAID FOR YOU est un nouvel exemple de l’état d’esprit de Fukasaku : petit budget, réalisation modeste mais des choses à dire et une alternance des tons et des genres qui fait plaisir à voir. On navigue ainsi en plein flou, au début du film : entre fable débile, mise en scène grotesque des otaku, puis paf on enchaine sur un kidnapping improvisé, une séquestration glauque au possible, des scènes de sexe assez chaudes (Ayano se dévoile complètement), pour finalement recevoir un joli message en forme de douce claque au visage…le film ne se voulant pas une satire de plus sur les otaku mais bien une dénonciation de l’un des principaux maux qui rongent le Japon : la solitude. Fukasaku réussit ici un joli petit film, entre jolie adaptation d’un bouquin, énième portage d’un véritable fait divers très célèbre et vraie-fausse reprise d’un film qui n’en finit pas d’être remaké depuis 1999 (remakes dans lesquels Takenaka Naoto apparaît d’ailleurs très souvent !).

Sur le fond, on pourra penser ce que l’on veut du personnage principal et de ses petits acolytes, certes les otaku qui squattent les Maid Cafés ne semblent pas très normaux pour le commun des mortels, mais moi je préfère vivre dans un pays aux cotés d’otaku (d’ailleurs si vous lisez ce blog c’est que vous l’êtes sans doute un peu vous-même) plutôt qu’avec des jeunes qui brûlent des voitures pour fêter la nouvelle année.

MAID FOR YOU est donc (je me répète) un bon petit film, original (car prenant ses distances avec les titres précédents) et attachant, jusque dans ses imperfections… Certes Fukasaku aurait pu trancher dans le lard de quelques scènes pompeuses mais ce n’est finalement pas si grave, puisque même la scène finale nous surprend agréablement. Ou quand Fukasaku Kenta parvient à mêler bis, comédie, grotesque, sexe, drame social et poésie (de comptoir, certes, mais poésie quand même).

PS : à noter que le jeune acteur Yanagi Kôtarô a été victime d’un très grave accident de voiture il y a quelques années, et qu’il s’en est sorti à force de courage et de rééducation.

Oli :        
Yasuko :

_________________________________________

Quick Review in English:

+ At least: Fukasaku Kenta doesn’t take his work too seriously
+ MAID FOR YOU is an incredible mix of many genres: grotesque, funny, very hot, sad
+ A cheap movie, Fukasaku didn’t try to make a huge hit
+ Sometimes very stupid, but intentionally stupid
+ An intelligent remake, many new ideas (from the book)

– You have to know and like V-Cinema to enjoy this weird story

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Drame, Love Story, V-Cinema, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s