Exrevengers Hikiko san minagoroshi, de Yamamoto Junichi (2010)


EXREVENGERS HIKIKO SAN MINAGOROSHI, aka Exrevengers – Hikiko-san: Mi Na Go Ro Shi
エクスリベンジャー  ひきこさん ミナゴロシ
Année : 2010
Genre : Hikiko sang
Production : TMC
Réalisation : Yamamoto Junichi
Avec : Otsuka Miku, Kawanishi Rion, Asami, Kanazawa Yukari, Takahashi Sho, Shimizu Kiriko, Hattori Kenichi, Nishigata Tatsuya, Kawabuchi Kaori, Doctor Hiro, Ushihou Senka


Une bande de petites frappes sauvagement assassinée, et c’est tout une ville qui craint devoir subir le retour de Hikiko san. Cette légende urbaine est-elle vraiment la seule responsable ? Pas si sûr, car les pistes sont brouillées depuis qu’une tueuse a décidé d’arpenter le bitume pour faire respecter sa loi.

The bitch is back. Spectre à la mode ces dernières années dans le petit monde du V-Cinema, Hikiko san est une femme défigurée et blessée qui passe son temps à assassiner brutalement les auteurs de harcèlement (physique ou moral) sur les enfants. Hikiko san serait donc une vengeresse au grand cœur ? Non, la demoiselle en question a pour sournoise habitude de se laisser aller à quelques dommages collatéraux pas piqués des vers. Et c’est aussi pour ça qu’on l’aime !

Comme le veut la tradition des DTV japonais fauchés, EXREVENGERS est mollement filmé -disons même un  peu bâclé (pourtant on a droit au co-réalisateur de MEATBALL MACHINE derrière la caméra), et très mal interprété (mais ça peut être un avantage, car en général on applaudit des deux mains lorsque l’actrice ratée se fait trucider).

Malgré les gros défauts inhérents au genre et au support, EXREVENGERS est relativement original et fera donc passer un agréable moment aux amateurs de séries Z en carton. La monstrueuse Hikiko san devra en effet lutter contre une Hikiko futuriste, incarnée par une jeune femme devenue folle après avoir été défigurée. Entre ces deux poids-lourds (dont on se demande qui mettra l’autre hiki-K.O.), un trio de lycéennes va avoir son mot à dire : trois pisseuses insupportables spécialisées dans le harcèlement et la violence. Il n’y a donc pas de personnage principal dans EXREVENGERS, mais une multitude d’individus, ce qui permet au spectateur de ne pas trop s’ennuyer. Enfin petit détail rigolo : après avoir découvert des zombies qui piquent des sprints dans beaucoup de films récents, nous avons ici droit à une Hikiko san qui…court (alors qu’en général elle traine la jambe). Tout cela donne lieu à quelques scènes cocasses et surprenantes, quand bien même celles-ci sont le plus souvent techniquement ratées.

Oli :        
Yasuko :

_______________________________________

+ A mystery (not so bad): is there a Hikiko san? A fake one? Both?
+ Not only one main character, but many ones: the 3 Exrevengers girls are fun and cruel
+ Like the zombies in modern movies, Hikiko san will…run for the first time in this movie!

– The fights are very poor
– Yamamoto isn’t at his best (he co-directed MEATBALL MACHINE)
– Very cheap: it’s only V-Cinema

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Hikiko san, Horreur, V-Cinema, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s