Honto ni atta kowai hanashi, Tsuruta Norio et Moriwaki Toyonobu (2010)


HONTO NI ATTA KOWAI HANASHI
ほんとにあった怖い話
Année : 2010
Date de diffusion : août 2010
Nombre d’épisodes : 5
Genre : drama horrifique
Production : Fuji TV
Réalisation : Tsuruta Norio et Moriwaki Tomonobu
Avec : Oshima Yuuko, Yamamoto Hikaru, Takahashi Minami, Kojima Haruna, Sato Yukari, Urano Kazumi, Tanaka Yôji, Mizohata Junpei, Nakao Yoshiaki, Okamoto Rei, Sakaguchi Kenji, Kondo Yoshimasa, Saitô Akira, Yuuka, Nishiyama Miki, Hamada Maha, Sasaki Sumie


赤いイヤリングの怪 : durant les vacances d’été, une lycéenne se réfugie chez sa meilleure amie. Effrayée par une boucle d’oreille qui ne cesse de réapparaitre (même après avoir été jetée dans la rivière), la jeune fille ne veut plus dormir toute seule.

レインコートの女 : lors d’une partie de cache-cache sur un plateau télé, Takahashi Minami, membre du groupe AKB48, va apercevoir un fantôme vêtu d’un imperméable. Personne ne voudra croire la jeune femme…

叫ぶ廃病院 : lrois amis vont se rendre dans un hôpital abandonné, en pleine nuit, afin d’avoir leur dose de sensations fortes. Ils ne vont pas être déçus du voyage.

あかずの間 : deux journalistes font un reportage dans un vieux temple. Durant les prises, ils vont tomber sur une pièce condamnée, interdite d’accès et protégée par des charmes en papier (ofuda). Poussé par une curiosité dévorante, l’un des journalistes va, une fois la nuit tombée, se risquer à ouvrir l’énigmatique porte coulissante. Il ne trouvera rien à l’intérieur.

死神が来る夜 : une jeune employée de maison de retraite travaille trop. Elle ne sait pas dire non, et vient toujours en aide à ses collègues, en souriant. Une grand-mère un brin tyrannique lui fera remarquer, un jour, qu’elle devrait peut-être souffler un peu, sous peine de se heurter, tôt ou tard, à un drame inévitable.

Diffusée fin août 2010, cette fournée de la série horrifique HONTO NI ATTA KOWAI HANASHI (le plus célèbre drama dans sa catégorie) répète comme souvent ses gammes avec talent, des stars mais aussi, hélas, un brin de redondance. A part le dernier segment l’ensemble est réalisé par un vétéran du genre (Tsuruta Norio) et brasse (et re-brasse) des thèmes classiques de l’horreur à la sauce japonaise.

A noter, pour l’originalité, un chapitre constitué d’une histoire vraie qui serait arrivée à quelques membres du groupe pop AKB48, et en particulier à Takahashi Minami. Quelques idoles du groupe ont participé au tournage et apparaissent à l’écran dans leur propre rôle. Bien évidemment les demoiselles en question ne savent pas jouer la comédie (elles ne savent déjà pas vraiment chanter –alors que c’est leur boulot à la base) mais le plus gros défaut du court-métrage provient de sa chute…qui est inexistante. En gros Minami voit un fantôme en imperméable, et voilà, au final c’est le spectateur qui est arrosé et l’histoire est terminée (en réalité pas vraiment, car tout cela servira de fil rouge à l’émission diffusée entre les petits drama, avec notamment une séance d’exorcisme de l’idole en question absolument pathétique). Mais l’exploitation à outrance de ce genre de chanteuses à la télé japonaise n’est pas rare, ces artistes en carton ayant l’habitude de manger à tous les râteliers. Takahashi Minami : oui, l’idole déjeune.

Les autres chapitres seront heureusement plus sympathiques à suivre. Si le premier (à propos de la boucle d’oreille rouge dont une jeune fille ne peut jamais se débarrasser) est presque trop démonstratif et n’impressionne donc pas vraiment, la visite d’un hôpital abandonné et, surtout, la course-poursuite entre un esprit malin et un photographe dans un vieux temple feront légèrement remonter le trouillomètre d’un public sans doute un peu blasé.

La dernière histoire se dénote du reste (tout en étant particulièrement réussie), puisqu’elle jouera davantage sur la corde sensible que sur celle du pendu. Ou quand, dans une banale maison de retraite, une jeune employée très volontaire noue une relation très profonde avec l’une des pensionnaires des lieux.

Oli :        
Yasuko :

_________________________________________

Quick Review in English:

+ As always, good filmmaking, good stories, famous actors
+ The last story is more sad than scary, but still very good
+ The story about the monster in the temple is the scariest one!

– Of course, not really original
– Not as scary as the good movies of this kind, it’s only a drama
– The chapter about the girls of AKB48 is terrible

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Fantômes, Honto ni atta kowai hanashi, Horreur, Télévision, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s