Highlander: The Search For Vengeance, Kawajiri Yoshiaki et Hamasaki Hiroshi (2007)


HIGHLANDER: THE SEARCH FOR VENGEANCE, aka Highlander – Director’s Cut Edition
ハイランダ 〜ディレクターズカット版〜
Année : 2007
Genre : A Kind of Magic…and Savagery
Origine : USA / Japon / Hong Kong
Production : Imagi / Madhouse / TFC
Réalisation : Kawajiri Yoshiaki et Hamasaki Hiroshi
Voix : Alistair Abell, Debi Mae West, Zachary Samuels, Scott McNeil, Hank Banks, Janyse Jaud, Jim Byrnes, Kathleen Barr, Emma Fairley, Roger Franks, Dave B. Mitchell et Oguri Shun, Hayashibara Megumi, Kobayashi Sanae, Romi Park pour la version japonaise


Colin MacLeod poursuit le meurtrier de sa femme depuis une éternité. Nourri par sa soif de vengeance, il erre…la seule rage au cœur.

HIGHLANDER THE SEARCH FOR VENGEANCE est l’adaptation animée et post-apocalyptique du mythe de l’immortel à l’épée, qui comprend déjà plusieurs films et une série télé. Le thème même de cette légende (« there can be only one » – « il ne peut en rester qu’un ») est d’ailleurs très curieusement appliqué à la franchise elle-même, puisque depuis plusieurs décennies il n’en reste effectivement qu’un : le premier film ! Tout le reste étant pas loin d’être à jeter (ou décapité, devrais-je dire), voire déjà oublié par le mémoire collective des spectateurs du monde entier. Entre les suites ciné pitoyables (une pensée émue pour Mario Van Peebles) et la série télé quelconque, seul le premier HIGHLANDER aura donc eu le droit à la réelle immortalité : cinématographique. Si certains pensent aujourd’hui que le film en question a mal vieilli, je trouve pour ma part que le HIGHLANDER de 1986 tient toujours étonnamment la route, et que son coté kitch sur fond de musiques composées par Queen le rend, très curieusement, quasiment intemporel.

Graphiquement, on retrouve avec cet HIGHLANDER animé la patte inimitable de son auteur, le surdoué (mais trop rare) Kawajiri Yoshiaki. Des hommes hyper musclés, des femmes extrêmement sexy et des combats épiques, techniquement irréprochables et super dynamiques. Visuellement, on prend donc son pied à en perdre la tête, comme d’habitude avec Kawajiri.

Sur le fond, je serai plus mesuré. Le film a été principalement produit par un studio hongkongais (Imagi) pour le marché international. Kawajiri n’a donc pas eu les mains libres, et THE SEARCH FOR VENGEANCE fut livré tronqué aux États-Unis (ce qui provoqua l’ire mortelle du réalisateur japonais). Ajoutez à cela un cahier des charges très précis (et pas franchement passionnant) à respecter lorsque l’on doit adapter cette franchise, et vous comprendrez donc aisément pourquoi ce long métrage animé est loin, très loin d’être le plus intéressant de la filmographie de Kawajiri Yoshiaki.

Director’s cut (the head)

Si l’histoire ne m’a donc pas franchement emballé (un immortel en chasse un autre à grands renforts de flashbacks à différentes époques), je dois bien avouer avoir malgré tout passé un bon moment. Mais je précise que j’ai vu la version director’s cut de HIGHLANDER, réservée exclusivement au Japon, enrichie d’environ dix minutes supplémentaires et d’un montage différent (et bien évidemment souhaité par le réalisateur). Je ne connais pas la version internationale mais la version japonaise m’a plutôt convaincu, en particulier durant son dernier tiers, lorsque le personnage principal (si fade jusque là) devient enfin intéressant et que les combats et (petits) rebondissements s’enchainent…jusqu’à un dénouement assez bien vu.

On pourra malgré tout s’étonner que Kawajiri Yoshiaki soit si peu présent sur la scène japonaise ces dernières années. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’il est à l’image du personnage principal de HIGHLANDER, voyageant éternellement et fuyant les vraies responsabilités, mais ne serait-il pas temps que l’intéressé se pose un peu pour développer ses projets et idées personnels ?…who wants to leave forever ?

Oli :

__________________________________________

Quick Review in English:

+ Kawajiri’s style: great action scenes and gorgeous women
+ This is the Japanese Director’s cut version, not the cut international one
+ Fun to watch, especially near the end of the movie: it ends pretty well

– Far away from being the best movie by Kawajiri
– The Highlander’s universe is not very interesting (always the same thing…)

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Action, Anime, Fantastique, Science-Fiction, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s