Torihada, Miki Kôichirô (2007)


TORIHADA, aka Torihada 1, aka Torihada~ Yofukashi no anata ni zokutto suru hanashi wo
トリハダ〜夜ふかしのあなたにゾクッとする話を
Année : 2007
Genre : chair de poule et prise de bec
Production : Fuji TV / Klock Worx / Hori Production
Réalisation : Miki Kôichirô
Avec : Tanimura Mitsuki, Nakabeppu Aoi, Nakayama Ayumi, Oota Youko, Eguchi Noriko, Shimaguchi Tetsurô, Kawaguchi Hiroaki, Iriyama Noriko, Hamada Maha, Ariyama Naohiro, Hoshino Hiroshi, Kawamukai Motokimi, Matsuo Masatoshi, Ichiki Yuuko, Seko Takamaru, Kikuchi Akiko, Takao Sakiko, Imura Kumi, Saitô Ayumu


第一話「気づいた時が恐怖のはじまり」 – Ki ga tsuita toki ga kyoufu no hajimari
Le soir, dans une laverie automatique, une jeune femme verra, en direct, un meurtre sur un écran de surveillance. Elle tentera d’appeler la police, mais son téléphone portable sonnera juste avant. Qui peut bien être au bout du fil ?

第二話「未知と知のはざまの葛藤」 – Michi to chi no hazama no kattou
Assise tranquillement dans un bus de nuit qui la ramène chez elle, une jeune femme ne s’attendait certainement pas à ce que l’autre unique passagère vienne s’asseoir juste à ses cotés…alors qu’elle avait le bus entier à sa disposition…

第三話「愛もしくは憎悪に関する記録」 – Ai moshikuwa zouo ni kansuru kioku
Un salaryman sera témoin de la chute d’une femme (habillée de rouge) sur le quai d’un métro. Il lâchera un juron moqueur puis rentrera chez lui. Curieusement, le salaryman en question croisera cette même femme, toujours vêtue de rouge, où qu’il aille durant les jours qui suivront cet incident…

第四話「想像は人を支配する」 – Souzou wa hito wo shihai suru
En pleine nuit, une femme pense entendre un meurtre dans l’appartement voisin. Que faire ? Intervenir ? Appeler la police ? Se faire toute petite ?

第五話「常に起こりえる監視のカタチ」 – Tuneni okorieru kanshi no katachi
Chaque soir lorsqu’elle rentre chez elle, une employée modèle a l’impression que certains objets de son appartement ont changé de place. Un soir, elle recevra un email. Avec sa propre photo en pièce jointe…

第六話「そこにある欲望と衝動の闇」 – Sokoniaru yokubou to shoudou no yami
Un salaryman, la cinquantaine bien tassée, s’amuse un soir à répondre à un message écrit sur les murs de toilettes publiques, isolées dans un parc. Le jour suivant, il sera surpris de voir un nouveau message, lui étant directement destiné.

第七話「余命診断」 – Yomei shindan
Une jeune femme, vivant seule, est intriguée par la panne de sa télévision. Elle entendra également des bruits bizarres à plusieurs reprises, mais ne trouvera rien d’anormal. Elle téléphonera alors à sa meilleure amie pour se rassurer. Cette dernière lui proposera alors un jeu bien étrange.

TORIHADA (« chair de poule », en français) est un drama composé de 6 chapitres au moment où j’écris ces lignes. La plupart du temps, les chapitres en question sont découpés en plusieurs histoires très courtes, sans rapport entre elles. Pour lier le tout, un petit conte macabre en forme de fil rouge a été prévu, et c’est à chaque fois l’actrice Tanimura Mitsuki qui s’y colle (et elle meurt parfois à la fin, pas de bol). L’originalité de ce drama est de proposer des histoires horrifiques (ou thrillers) sans aucun élément fantastique. Oubliez donc les fantômes, yôkai et autres revenants vengeurs. Ici l’horreur trouve à chaque fois sa source dans notre quotidien…et avec TORIHADA, les situations sont généralement complexes et/ou grotesques, tant et si bien que la surprise est souvent au rendez-vous.

Ajoutez à cela un budget confortable, des acteurs qui savent jouer la comédie, et vous obtenez tout simplement ce qui s’est fait de mieux dans le genre au Japon depuis bien longtemps. Inquiétant, surprenant (on sursaute une ou deux fois), drôle de par son coté grotesque, TORIHADA est un spectacle télévisé absolument immanquable. Le fait que les histoires soient si courtes permet, de plus, de ne jamais voir le temps passer (ça file à toute allure !).

Au menu de ce premier chapitre, un fil rouge avec Tanimura Mitsuki (isolée dans son appartement, elle est intriguée par la panne de sa télévision). En plus de cela, six petites histoires, qui varient du bon au très bon : il n’y a donc absolument rien à jeter. Si à une ou deux reprises les scénarios ne volent pas très haut (le segment dans le bus ou les toilettes publiques), les chutes sont toujours suffisamment bien amenées et/ou mises en scène pour abandonner le spectateur sur une bonne impression. Quant aux meilleurs récits, ils fichent carrément la frousse et imposent une ambiance inquiétante, en jouant constamment sur la suggestion plutôt que sur les scènes chocs (aucune goutte de sang à l’écran). De quoi, à coup sûr, en ressortir avec la chair de poule mouillée.

Oli :        
Yasuko :

Le trailer :

___________________________________

Quick Review in English:

+ The best horror drama of the past few years
+ No fantasy at all, very original: the horror is coming from men and women

– Two stories are not very original, but the ending is always good

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Horreur, Télévision, Thriller, Torihada, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s