Kiwoku dorobô, Ishida Hajime et Yamagishi Kentarô (2007)


KIWOKU DOROBÔ, aka The Memory Stealers
キヲクドロボウ
Année : 2007
Genre : effets très spéciaux
Production : Klock Worx / Project Yamaken / P-38 Design
Réalisation : Ishida Hajime et Yamagishi Kentarô
Avec : Masaki Sôji, Kimura Tamotsu, Morikawa Ryoka, Ayabe Takeshi, Endô Takahiro, Ishikawa Kôzô, Kawana Ryûhei, Kobayashi Atsushi, Koyama Tsuyoshi, Kuroda Kôji, James Okada, Tamura Kensaku, Ujihara Shûji, Umezu Noriji


Japon, dans un futur proche. Un ancien soldat, héros de la Guerre Asiatique, va s’allier avec un programmeur de génie afin de dérober les secrets d’une corporation tentaculaire, au sein même de la mémoire de ses employés…au moyen d’un appareil révolutionnaire permettant de s’infiltrer dans les méandres du cerveau. Aux commandes de leur voiture volante, les deux coéquipiers ne sont pas au bout de leurs surprises : combats martiaux, duels dans les airs, extractions discrètes et mystères épais seront en effet au programme.

THE MEMORY STEALERS, film de science-fiction, met en scène des voleurs du futur étant capable de s’infiltrer dans les mémoires des individus afin d’en retirer des informations et secrets cruciaux. Et non, le film n’a pas copié sur INCEPTION puisqu’il est sorti trois ans avant, soit en 2007 ! Pourquoi THE MEMORY STEALERS, projeté alors dans quelques minuscules salles de ciné sur des écrans microscopiques (comme j’ai pu en juger dans un reportage proposé avec le film), a attendu trois longues années pour voir le jour en DVD ? Je ne sais pas trop, même si on peut s’avancer un peu en imaginant que ce titre aux effets spéciaux hideux a fait peur à plus d’un distributeur. Mais bon…comme le laid, le mystère reste entier.

THE MEMORY STEALERS est, comme vous l’avez peut-être déjà compris, un truc complètement improbable. Car malgré le budget riquiqui et des effets spéciaux ratés sur toute la longueur, les réalisateurs ont souhaité en montrer le plus possible à l’écran. Dommage, car avec un peu plus de jugeote, des voitures qui roulent au lieu de voler (ça n’aurait rien changé à l’intrigue), des décors minimalistes plongés dans l’ombre et le brouillard pour cacher le polystyrène et la simple utilisation des deux bons décors du film en images de synthèse, ça aurait pu suffire à immerger le spectateur dans une atmosphère un brin futuriste. A trop vouloir en montrer, les réalisateurs ont donc fait plonger leur public non pas dans le futur, mais dans la quatrième dimension des nanars.

Car oui, à mon sens THE MEMORY STEALERS relève davantage du nanar que du navet, en cela qu’il est presque agréable à regarder tellement tout est improbable, mal fichu et donc drôle. Entre les voitures volantes immondes (mais vraiment immondes), les scènes d’action dignes du pire drama du mois et le super duel en hommage à John Woo (c’est une Gun-Kata-strophe), difficile de rester de marbre !

THE MEMORY STEALERS porte donc bien son titre : après l’avoir vu, vous aurez en effet perdu la mémoire et oublié tous les autres films du genre, à savoir BLADE RUNNER, EQUILIBRIUM ou encore MINORITY REPORT. Car THE MEMORY STEALERS fait le nettoyage par le vide : il vous lobotomisera. Avec le sourire ?

Oli :        
Yasuko :

Le trailer :

__________________________________________

Review in English:

THE MEMORY STEALERS is a sci-fi film that was aired in 2007 in a small private movie theater (so I suppose we can still talk about V-Cinema here)…and it only came out on DVD three years later, in 2010! Why did we have to wait during three years to have the opportunity to see this movie? Well…after the projection of MEMORY STEALERS in 2007, I guess no distributors at all wanted to take any risks with this production…

Because, in MEMORY STEALERS, the two directors show us too many things. Everything actually! They had a very, very low budget, awful CG effects but they wanted to do their own MINORITY REPORT. Well…good try guys, but maybe you should reconsider a few options: first of all when you can’t use good CG effects, don’t try to make your cars fly! One more thing: when you don’t work with an efficient action choreographer, don’t expect the audience to believe in your John-Woo’s action scenes (because it’s gun-kata-strophic!).

It’s really a shame, because a few sets are really good (especially the CG sets of the city), and the story is not as stupid as it seems (thieves who are able to enter your memory to steal your secrets – three years before INCEPTION).

So if you like V-Cinema, cheap movies and photoshopped flying cars, you might find this movie exciting. At least you will laugh!

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Action, Science-Fiction, V-Cinema, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s